Nurses evacuate Fukushima to save their children from the potential risk of radiation

Fukushima prefecture is facing a serious shortage of nurses and health workers.

The biggest reason is nurses have evacuated to save their children from the potential radiation risk because of Fukushima accident. On the other hand, the number of patients are increasing as evacuation period is prolonged.

According to Fukushima prefectural government, 14,556 nurses and other workers were at hospitals in the prefecture on 3/1/2011, shortly before 311, but it dropped to 14,089 on 3/1/2012.

Fukushima nursing association comments in 2/2011, there were 216 applications for 366 jobs, the job opening-to-application ratio was 1.69. However, at the end of this August, there were 174 applications for 768 jobs. The job-opening-to-application ratio was 4.41, which made a huge increase since before 311.

The number of young people receiving checkups is expected to increase in line with the Oct. 1 launch of a system providing free medical care to people aged 18 or under, and the association remains concerned about the situation, which could hinder health checks, saying a shortage of people in the medical profession could impede local restoration efforts.

In other disaster areas, Iwate and Miyagi are also having shortages of medical workers, but the situation has been particularly serious in Fukushima Prefecture due to the nuclear disaster, and it is expected to continue for a long time.

Midori Suzuki, a senior director of the Fukushima Nursing Association comments, “The shortage of regular nurses and health nurses was an issue even before the disaster, but since the nuclear disaster, the situation has gotten unusually serious, I want the government to widen its awareness of what is hindering restoration.”




Source English Japanese



Français :

Les infirmières évacuent Fukushima pour soustraire leurs enfants au risque radioactif

La préfecture de Fukushima fait face à une pénurie sérieuse en infirmières et personnels hospitaliers.

La principale raison en est que les infirmières sont parties pour soustraire leurs enfants au risque radioactif dû à l’accident de Fukushima. D’un autre côté, le nombre de patients augmente et la période d’évacuation est prolongée.

Selon les autorités de la préfecture de Fukushima, dans les hôpitaux au 1er mars 2011, soit juste avant le 11-3, il y avait 14 556 infirmières et autres personnels hospitaliers mais on est descendu à 14 089 au 1er mars 2012.

En février 2011, l’association des infirmières de Fukushima disait qu’il y avait 216 candidats pour 366 postes, soit un taux de remplissage des offres de 1,69. Toutefois, fin août dernier; il y avait 174 demandes pour 768 postes. Ce taux passe à 4,41, ce qui est une énorme augmentation par rapport à avant le 11 mars 2011.

Le nombre de jeunes gens examinés devrait augmenter dès le 1er octobre 2012 qui met en place un système de gratuité des soins pour les patients de moins de 18 ans et l’association s’inquiète d’une situation qui pourrait entraver les examens de santé, disant qu’un manque en personnel médical pourrait gêner les efforts locaux de remise en état.

Dans les autres régions dévastées, Iwate et Miyagi font aussi face à un manque de personnel médical mais la situation est particulièrement grave à Fukushima à cause de la catastrophe nucléaire et on s’attend à ce qu’il en soit ainsi pour longtemps.

M. Midori Suzuki, directeur principal de l’association des personnels soignants de Fukushima déclare : “Le manque en infirmières et infirmières spécialisées était déjà un problème avant mais depuis la catastrophe nucléaire, la situation est devenue particulièrement grave. Je voudrais que le gouvernement élargisse son attention à ce qui entrave la remise en état.”

Sources : AnglaisJaponnais

About Author