[Column] The last things I saw

I was born and grew up in Yokohama. My junior high school and high school are in Yokohama too.
The school is Catholic. It is famous for being strict.

In a sunny day, I used to go up to the roof and had lunch with my friends. There I can see Yokohama port. It’s only an industrial port but looked better than the blackboard.
The wind blew from the sea and I felt like I could fly if I spread my arms.
I liked (still like) American rock bands. With my earphone in the ears, I thought I wanted to fly away from the jail and go to America or wherever.

Over 13 years passed. I flew away the way I didn’t expect. It was actually more like I was blown away.
I went to America, and flew around, but it looks somewhat different from what I used to dream.

When you’re a teenager, little things are fun for you. For me, eating ramen and looking around the record shops were fun.
Now these are not my memory. These are something I can never take back physically and technically. There is a little difference.

I usually don’t miss the things but the sunshine and warm winds reminded me of those times in my hometown.

The last things I saw in my hometown are the sunflowers in full bloom for 4 months, tomatos matured on the concrete, and kindergarten kids to play with full-bloomed four‐o’clock flower ,
in December.

My junior high school and high school are where the professors of Tokyo university or Hitotsubashi university send their kids to. (My father didn’t even go to university.)
They used to go camping in Fukushima in summer. I went there for several times too.
Since 2011, the school didn’t have the students go out camping in Fukushima for the request of the parents. They know what it is.

 

Thank you for considering donation !
490€ to go for renewal of server.

_____

Français :

[Édito] Les dernières choses que j’ai vues

 

Je suis né et j’ai grandi à Yokohama. Mes écoles primaires et secondaires étaient aussi à Yokohama.
L’école est Catholique. C’est célèbre pour être sévère.

Un jour de soleil, je suis monté sur les toits et on y a mangé avec mes amis. De là, je pouvais voir le port de Yokohama. C’est seulement un port industriel mais c’était plus beau que le tableau noir.
Le vent soufflait de la mer et j’avais l’impression de pouvoir m’envoler si j’écartais les bras.
J’aimais (et j’aime toujours) les groupes de rock américains. Avec mon casque sur les oreilles, j’ai pensé vouloir m’envoler de la prison jusqu’en Amérique ou ailleurs.

Plus de ans sont passée. je me suis envolé d’une façon à laquelle je ne m’attendais pas. En fait, ça a été plutôt comme si j’avais été soufflé au loin.
Je suis allé en Amérique et j’ai volé autour mais ça a été assez différent de ce dont j’avais rêvé.

On s’amuse de riens quand on est adolescent. Pour moi, c’était amusant de manger des ramen et de tourner autour des magasins de musique.
Je n’ai plus ça en tête à présent. Ce sont des choses vers lesquelles je ne pourrais jamais retourner, physiquement et techniquement. Il y a une petite différence.

Ces choses ne me manquent pas d’habitude mais le soleil et le vent léger m’ont fait me rappeler de ma ville d’enfance.

Les dernières choses que j’ai vues dans ma ville d’enfance ont été des tournesols en pleine floraison pendant 4 moi, des tomates mures sur du béton et des enfants des jardins d’enfants jouant avec des fleurs complètement épanouies de belles de nuit,
en décembre.

Mes écoles de primaire et secondaire étaient aussi celles où les professeurs de l’université de Tokyo ou d’Hitotsubashi envoyaient leurs enfants. (Mon père n’est jamais allé à l’université).
Ils avaient l’habitude d’aller faire du camping à Fukushima en été. J’y suis allé plusieurs fois aussi.
Depuis 2011, l’école n’envoie plus d’élèves faire du camping dehors à Fukushima à la demande des parents. Ils savent ce qu’il en est.

Merci de penser à un don.
Il manque 490 € pour renouveler l’abonnement du site.

Categories: Malformation

About Author