[Yomiuri] Two local govs in Fukushima decided to resume planting rice next year, “Cesium is due to the rice hullers”

<Quote> [Yomiuri]

The town government of Hirono and the village government of Kawauchi in Fukushima Prefecture have decided to resume planting rice next year.

Both municipal governments had asked farmers to voluntarily stop planting rice shortly after the crisis at Tokyo Electric Power Co.’s Fukushima No. 1 nuclear power plant began.

On Tuesday, the Hirono town government decided to resume rice planting in all areas, and the Kawauchi village government decided to plant rice in areas other than that formerly designated as a no-entry zone.

It will be the first resumption of rice planting in areas designated as emergency evacuation preparation areas.

Though many farmers welcomed the decisions, some voiced concern about whether the rice could be sold.

This month, the Hirono town government began decontaminating about 400 hectares of farmland by using such techniques as a process called sparging in conjunction with the mineral zeolite, which can absorb radioactive substances.

The town government aims to complete the work by the end of this fiscal year.

Yoshiyuki Haga, 65, evacuated to Chiba Prefecture after the start of the nuclear crisis but later returned to Hirono. He has been removing weeds in his rice paddies since August last year.

“If I can grow rice, the town will be revitalized even if only a little,” he said. “Some of the residents will return.”

But it is uncertain how many farmers among the town’s about 400 farming households will resume planting rice.

Some farmers voiced lingering concern about whether they will be able to sell the rice they produce.

This year, Ryohei Niitsuma, 53, planted rice despite the town government’s request to refrain from doing so.

But after he sent letters to about 100 individual customers, only five or six replied that they would buy the rice.

“It’s painful for me that the rice I produced through hard work doesn’t sell,” he said. “But unless I continue production, this town will decline.”

Niitsuma said he will plant rice on about five hectares next year.

This year, all bags of rice experimentally grown in the town were examined, and two of them were found to contain radioactive cesium in quantities exceeding the government-set maximum limit of 100 becquerels per kilogram.

But it is believed the radioactive substances detected in the bags came from such sources as dust in rice hullers, not the rice itself

“The rice itself had no problems,” the town government said, adding that all bags of rice to be shipped next year will be carefully checked to ensure safety.

At a meeting of the Kawauchi village agricultural committee held Tuesday, Mayor Yuko Endo asked villagers about rice planting next year, and all committee members said they planned to resume.

One of them said, “If we don’t plant, the paddies will be ruined.”

・・・

<End>

 

 

_____

Français :

[Yomiuri] Deux municipalités de Fukushima ont décidé de reprendre la culture du riz l’an prochain. “Le césium, c’est à cause des décortiqueuses de riz”

<Citation> [Yomiuri]
Le conseil municipal de Hirono et du village de Kawauchi, dans la préfecture de Fukushima, ont décidé de reprendre les plantations de riz l’an prochain.
Les deux conseils municipaux avaient demandé aux paysans d’arrêter volontairement de cultiver le riz peu après le début de la crise de la centrale nucléaire N°1 de Fukushima de Tokyo Electric Power Co.
Mardi dernier, le conseil municipal d’Hirono a décidé de relancer la culture du riz dans toutes les zones et celui du village de Kawauchi a décidé de replanter du riz dans les zones autres que celles précédemment désignées comme interdites.
Ce sera la première reprise de culture du riz dans les zones délimitées comme zones de préparation d’évacuation d’urgence.
Bien que beaucoup de paysans accueillent favorablement les décisions, des voix se sont fait entendre pour exprimer des inquiétudes sur l’aspect vendable des récoltes.
Ce mois-ci, le conseil municipal d’Hirono a commencé la décontamination d’environ 400 hectares de terres agricoles en utilisant des techniques comme celle appelée barbotage qui uilise de la zéolite pouvant absorber les substances radioactives.
La municipalité espère terminer ce travail pour la fin de l’année fiscale.
M. Yoshiyuki Haga, 65 ans, avait évacué dans la préfecture de Chiba au moment de la crise nucléaire mais il est ensuite rentré à Hirono. Il arrache les mauvaises herbes de ses rizières depuis le mois d’août de l’an dernier .
“Si je peux faire pousser du riz, la commune sera un peu ressuscitée même c’est de peu”, dit-il. “Quelques habitants reviendront”.
Mais on n’est pas certain du nombre de fermiers, sur les 400 de la commune, qui vont reprendre la culture du riz.
Certains agriculteurs ont exprimé leurs craintes quant à savoir s’ils seront en mesure de vendre le riz qu’ils produisent.
Cette année, M. Ryohei Niitsuma, 53 ans, a planté du riz en dépit de la demande municipale de se retenir de le faire.
Mais après avoir envoyé des lettres à une centaine de ses clients individuels, seulement cinq ou six ont répondu qu’ils en achèteraient.
“Ça me déçoit beaucoup que le riz que je produis par un travail difficile ne se vende pas “, dit-il. “et si je ne continue pas ma production, cette commune va décliner.”
M. Niitsuma dit que l’an prochain, il plantera environ cinq hectares de riz.
Cette année, tous les sacs de riz expérimental produit dans la commune ont été examinés et deux d’entre eux contenaient du césium radioactif en quantité supérieure à la limite gouvernementale de 100 becquerels par kilogramme.
Mais on pense que les substances radioactives détectées dans les sacs proviennent plus de sources comme la poussière des décortiqueuses et non pas du riz lui-même.
“Le riz lui-même n’a pas de problème” affirme la municipalité, ajoutant que tous les sacs de riz qui seront expédiés l’an prochain seraient méticuleusement contrôlés pour en garantir l’innocuité.
Au cours d’une réunion du comité agricole du village de Kawauchi qui s’est tenue mardi, M. Yuko Endo, le maire, a demandé aux villageois comment ils envisageaient leur plantations de l’an prochain et tous les membres du comité ont répondu qu’ils allaient les reprendre.
L’un d’entre eux a dit : “Si on ne plante pas, les rizières seront ruinées.”
・・・
<Fin>

Categories: Uncategorized

About Author