[Column] Invite local residents around Chernobyl to Japan

Finally my feet are getting better and I can have a walk easily, if it didn’t snow this heavily.
It’s -12℃.
Local people walk faster than me in high heels.

can’t read the languages here. Only half of of the people speak English. but I’m guaranteed to be able to stay here for what I have paid for. This is an ideal circumstances for me to concentrate on my work.

Whatever Japan does, such as forcing us to eat contaminated food, spreading and incinerating debris, banning people from moving, starting a war or conscripting for Fukushima worker, I will never obey their orders when it’s against humanity.
I don’t think I’m rebellious or strong, or even brave. It’s just natural to do. There’s an universal law in this world. 1+1=2. Black is black. Whatever they say, they can never change this rule.

Instead of changing myself, I have been changing the countries. France, Spain, Netherlands, Canada,, etc.. It’s been about one year.

Sometimes people tell me I should write a book. Some people might want to know who I am. but I’d have to start it from my childhood, why I speak English, what I saw when I was growing.. I can’t take it all. I don’t want to bore you.

but if there was somebody who left Chernobyl to be against the policy of Soviet Union and evacuate from the contamination, I would love to meet that person.
Unfortunately, I don’t know anyone like that. I have met journalists or scientists specialized in Chernobyl, but no evacuees.

Now I’m in eastern Europe. I can hear a lot of “raw” stories about Chernobyl because they were here. They had their families, friends killed by the nuclear accident.
It might not so statistical or scientific. but their stories always inspire me.
I heard the vegetables grew gigantic and so fast. That’s the same as what I posted on Fukushima Diary on 12/1/2011. [Link] I heard they are selling gigantic cabbages in Tokyo this year again.

Neither of my source and the local eastern European have scientific background, and they are stating the same thing after the nuclear accidents. Do we need to wait for the scientific proof ?

If I meet someone who evacuated Chernobyl, our conversation will be extremely fruitful. (will be a gigantic fruit)
We love to depend on authorities. It’s because it’s quick.
It will be a great chance to invite foreign experts to Japan and ask them to give some speech. but I’d rather invite local ordinary people from Belarus or Ukraine to Japan. They are the witness.

When Chernobyl meets Japan, the world wouldn’t not need the comment of IAEA or WHO anymore.

 

 

_____

Français :

[Édito] Inviter les habitants d’autour de Tchernobyl au Japon

Mes pieds vont finalement mieux et je peux marcher facilement, quand il ne neige pas aussi fort.
Il fait -12 ℃.
Les gens du coin marchent plus vite que moi en talons hauts.

je ne comprends rien à ce que je lis ici. La moitié des gens seulement parle anglais. mais j’ai la garantie de pouvoir rester ici pour ce que j’ai payé. Ce sont des circonstances idéales pour moi pour me concentrer sur mon travail.

Quoi que fasse le Japon, comme nous forcer à manger contaminé, disperser et incinérer des débris, interdire aux gens de déménager, lancer une guerre ou une conscription pour aller travailler dans Fukushima, je n’obéirai jamais à aucun de leurs ordres lorsque ça va contre l’humanité.
Je ne pense pas être un rebelle, ni être fort, ni même courageux. C’est simplement naturel de faire comme ça. Il y a une loi universelle dans ce monde. 1+1=2. Noir, c’est noir. Quoi qu’ils puissent dire, ils ne pourront jamais changer cette loi.

Plutôt que de me changer moi-même, j’ai changé de pays. La France, l’Espagne, la Hollande, le Canada, etc..  Ça fait pratiquement un an à présent.

Parfois des gens me disent que je devrais écrire un livre. Certains peuvent vouloir savoir qui je suis. mais je devrais commencer par mon enfance, pourquoi je parle anglais, ce que j’ai vu en grandissant … Je ne peux pas tout prendre. Je ne veux pas vous barber.

mais il y a eu quelqu’un qui est parti de Tchernobyl en opposition avec la politique de l’Union Soviétique et  qui a évacué de la contamination, j’aimerai bien rencontrer cette personne.
Malheureusement, je ne connais personne dans ce cas. J’ai rencontré des journalistes ou des scientifiques spécialisés sur Tchernobyl, mais pas de réfugiés.

A présent, je suis en Europe de l’Est. Je peux entendre un paquet d’histoires “brutes de fonderie” sur Tchernobyl parce qu’ils y étaient. Ils y avaient leur famille, leurs amis, tués par l’accident nucléaire.
Ça aurait pu être moins statistique ou scientifique mais leurs histoires m’inspirent toujours.
J’ai entendu que les légumes sont devenus géants et si vite. C’est pareil à ce que j’ai posté dans le Fukushima Diary le 1er décembre 2011. [Lien] J’ai entendu dire qu’ils vendaient des choux géants dans Tokyo cette année encore.

Ni mes sources, ni les habitants de l’Europe de l’Est n’ont de connaissances scientifiques et ils affirment les mêmes choses après les accidents nucléaires. Devons-nous vraiment attendre une preuve scientifique ?

Si je croise quelqu’un qui a évacué de Tchernobyl, notre conversation sera extrêmement fructueuse. (des fruits géants…)
Nous adorons dépendre des autorités. C’est parce que c’est rapide.
Ce serait une grande chance que d’inviter des experts étrangers au Japon et de leur demander de faire quelques discours. mais j’inviterai pultôt des habitants ordinaires, des gens locaux de Biélorussie ou d’Ukraine au Japon. Ils sont les témoins.

Quand Tchernobyl rencontrera le Japon, le monde n’aura plus besoin des commentaires de l’AIEA ou de l’OMS.

Categories: Column, Malformation

About Author