[Column] Sense

If you live for nearly 30 years, you get to know your mood has nothing to do with your-actual-self, and emotion is nothing but a communication tool. You become able to see it passing by like floating clouds in the sky.

However, as I watched the scene of the train, supermarket and street just after 311 in this documentary, I couldn’t help feeling something.

The BGM of the shop, way of people’s talking, uniforms of workers, they all build up the atmosphere of “everyday life” as if nothing happened.
It’s all the same in Japan, still.

Should I let it be like that ? What about people going there from now full of hopes ?
Countless questions came up in my mind.

I know the blood will come back to my fingers in a couple of hours. This is just a mood.
I do never let it overwhelm myself.

I moved sooner than most of the people because I sensed something.
I immediately noticed everything was fake from the way of news announcers’ talking.
After 311, the entire city looked like empty plastic toys like Disney land.

People get lost and often ask me what to do, where to go like I was a leader.

I always hated leadership. I’m independent like a cat.
but in this mess, I know what to do, I know where is the least smoky for some reason.

so if someone wants to think I’m a leader, just think I am. Looking around, I seem to be the only one to know what to do. My intuition has been crucially true.

However, I know shouting is not the way to make them hear me. The louder I am, the more they cover their eyes.
They listen to the songs because it’s interesting, not because it’s loud.

You can be louder because your audience want you to be.
This is the most important and difficult part.

I can’t force anyone to do anything, but I can’t leave them and say just die.
Probably this is the common anguish among all the movements.

 

 

_____

Français :

[Édito] Sens

 

Quand on a vécu près de 30 ans, on sait que ses humeurs n’ont aucun rapport avec votre état actuel et que les émotions ne sont rien d’autre qu’un outil de communication. On devient capable de les regarder passer comme les nuages dans le ciel.

Ainsi, alors que je regardais la scène du train, du supermarché et de la rue juste après le 11-3 dans ce documentaire, je ne ressentais rien.

La musique d’ambiance du magasin, la façon de parler des gens, les uniformes des ouvriers, ils donnaient tous l’impression d’un “jour comme un autre” que rien ne s’était passé.
C’est exactement pareil au Japon, toujours.

Devrais-je le laisser comme ça ? Et les gens qui y vont maintenant et plein d’espoirs ?
Des questions sans nombre sont venues dans ma tête.

Je savais que le sang allait revenir dans mes doigts d’ici une paire d’heures. C’est juste une humeur.
Je ne les laisse jamais me troubler.

J’ai déménagé avant la plupart des gens parce que j’ai senti quelque chose.
J’avais immédiatement  noté que tout était faux dans le ton de la voix des présentateurs.
Après le 11-3, toute la ville ressemblait à un jouet en plastique vide genre Disney land.

Les gens étaient perdus et me demandaient souvent quoi faire, où aller, comme si j’étais un leader.

J’ai toujours détesté commander. Je suis indépendant comme un chat.
mais dans cette pagaille, je savais quoi faire, je savais où était le moins enfumé.

alors si quelqu’un veut penser que je suis un leader, qu’il pense seulement que je suis. En regardant autour, j’avais l’air d’être le seul à savoir quoi faire. Mon intuition a été crucialement vraie.

Ceci étant, je sais que crier n’est pas une bonne façon pour se faire entendre. Plus je crie fort, plus ils se couvrent les yeux.
Ils écoutent les chansons parce que c’est intéressant, pas parce que c’est fort.

Vous pouvez être plus bruyant parce que votre audience vous veut comme ça.
C’est le point le plus important et le plus difficile.

Je ne peux forcer personne à faire quoi que ce soit mais je ne peux les laisser comme ça, comme dire qu’ils en meurent.
Sans doute est-ce l’angoisse la plus courante dans tous les mouvements.

Categories: Column

About Author