[Column] Conceal the truth from outside of Japan? Do it if you can.

Having the same view as everyone doesn’t promise you to be right.
Society always needs someone “abnormal” to seek a chance.
However, it’s very difficult to be different.

Especially when the policy of the entire country opposes you, you need to be more brave than anyone.

Even though all the mass media are trying to make us forget Fukushima accident, readers’ base of Fukushima Diary is growing for some reason.
I surely feel like it’s starting to change something.
Currently about 50~70 people are on the site at every second. If it goes over 100 ~ 200, it may cause something significant I guess.

I left my country with only one laptop, 700USD and full of the unverified health matters. I wandered everywhere but still I’m alive and have something to achieve.
I can say I’m not a victim A anymore.

One largest international industry hates me. but I’m almost ignoring them.
There is a larger problem behind. It’s the complex of power and media, “resignation” and sloth, double-think and group hypnosis. This is where everything comes out.

My resource is limited. I cannot protest in Paris and also have a speech in Taiwan.
I would like to be an information logistic support part. I hope you to deploy it in your favorite way.
If Fukushima Diary doesn’t report, especially the plant situation in English, it would be noticed by nobody in the world.

I do know how they panic when they know the information is published to the world in English.

Dividing victims in the name of “discussion”, having “experts” manipulate citizens, and concealing the truth from the rest of the world. These are their traditional means to control the people. The purpose is to minimize the compensation.
I won’t let them do that.
I won’t be let down as they want me to be.
Unfortunately, this victim A is a little bit noisy.

A man in South Africa knows the latest Tritium density in Fukushima plant and question. A woman in Greenland knows the latest radioactive silver density in reactor2 and suspect. This is the world Fukushima Diary is trying to make.
Not to mention, I know I’m not reporting the truth. Because it’s based on Tepco’s data. The truth is worse than what’s reported. Letting them question matters.
Please let everyone know Fukushima Diary. I’m here.
The truth doesn’t belong to the media. The media belong to the truth.

 

 

Thank you for your support. Monthly donation is also very helpful !

_____

Français :

[Édito] Censurer la vérité de l’extérieur du Japon? Essayez.

 

Avoir les mêmes vues que tout le monde ne garantit pas d’avoir la vérité.
La société a toujours besoin de quelqu’un “d’anormal” pour chercher une chance.
Ceci dit, il est très difficile d’être différent.

En particulier lorsque la politique de tout le pays s’oppose à vous, vous devez être plus courageux que tout le monde.

Bien que toute la grande presse essaye de nous faire oublier l’accident de Fukushima, les lecteurs de base du Fukushima Diary augmentent.
Je sens avec certitude que c’est en train de commencer à changer quelque chose.
Actuellement, environ 50 à 70 personnes sont sur le site par seconde. Si ça dépasse 100 à 200, ça peut provoquer quelque chose de significatif, je pense.

J’ai quitté mon pays avec seulement un ordinateur portable, 700 dollars US et plein de problèmes de santé à traiter. J’ai erré partout mais je suis toujours vivant et j’ai quelque chose à faire.
Je peux dire que je ne suis plus une victime A.

Une des plus grandes industries du monde me hait mais je les ignore presque complètement.
Il y a un plus gros problème devant. C’est le complexe du pouvoir et des médias, la “résignation” et la paresse, les arrières-pensées et l’hypnotisme collectif. C’est à ça que tout en vient.

Mes ressources sont limitées. Je ne peux pas manifester à Paris et faire en même temps un discours à Taiwan.
J’aimerai être une partie du soutien logistique de l’information. J’espère de vous de le déployer à votre façon favorite.
Si le Fukushima Diary ne publie pas en anglais, en particulier la situation de la centrale, ce ne sera remarqué par personne au monde.

Je sais à quel point ils paniquent lorsqu’ils savent que l’information est publiée vers le monde en anglais.

Diviser les victimes au prétexte de “discuter”, faire que les “experts” manipulent les gens et cachent la vérité au reste du monde. Ce sont leurs moyens traditionnels pour contrôler les gens. Le but est de minimiser les indemnisations.
Je ne les laisserai pas faire ça.
Je ne laisserai pas tomber comme ils désirent me voir faire.
Manque de bol, cette victime A est un peu bruyante.

Un homme en Afrique du Sud connaît les dernières concentrations en tritium à la centrale de Fukushima et questionne. Une femme du Groenland connaît les dernières concentrations en argent du réacteur 2 et doute. C’est le monde que le Fukushima Diary essaye de construire.
Cela va sains dire, je sais que je ne rapporte pas toute la vérité parce que c’est basé sur les données de Tepco. La vérité est pire que ce qu’ils en rapportent. Les laisser poser les questions compte.
Merci de faire connaître le Fukushima Diary. Je suis là.
La vérité n’appartient pas à la presse. Les médias appartiennent à la vérité.

Merci de votre soutien. Les virements mensuels sont aussi très utiles !

Categories: Cover-ups

About Author