[Analysis] How to make protests productive

There have been numbers of major anti-nuclear protests in Japan since 2011.
As Fukushima Diary, I have been watching and reporting them. I used to stay up all night long in the summer of 2012 to watch them live.
Based on my observation, I would like to suggest 3 important processes to make protests successful.

1. Define the goal

When you jog, you want to know for how long you jogged, how further you went, and sometimes how much calorie you burnt.
It’s also necessary for protest. You need to define what the effectiveness of the protest is otherwise you go in the circle. Sometimes it might be how many assemblymen they manage to take in, sometimes it might be how many reactors they manage to stop.
It should be quantitative and directly connected to the purpose of the protest.

2. Evaluate the effectiveness

Even when you have a party, you evaluate the “effectiveness” of the party, such as how many friends someone made, how many presents you received etc..
It’s also necessary for protest. You need to evaluate the effectiveness that was defined above.
It should be brutally and objectively done like they protested against the opponents.
The output should be in quantitative so you can compare each time of the protest.

3. Feedback

If you cook soup and your family member said it was too salty, you would reduce salt after the next time.
It’s also necessary to give feedback to the protests.
If you defined the effectiveness as “for how long you get the chance to talk in front of the TV crew ” and it was 2 mins where you expected it to be at least 5 mins, you need to change something after the second time. (If you ever have second time.)
If the result turned out to be positive, you need to think about how to grow it.

 

In order not to let protests end only as a relief of frustration, systematic management would be necessary.

 

 

_____

Français :

[Analyse] Comment rendre les manifestations plus productives

 

Il y a eu de nombreuses grandes manifestations anti-nucléaires au Japon depuis 2011.
En tant que Fukushima Diary, je les ai surveillées et rapportés. Je suis resté debout toutes les nuits de l’été 2012 pour les voir en direct.
A partir de mes observations, je voudrais proposer 3 choses importantes pour que les manifestations soient réussies.

1. Définir le but

Lorsque vous courrez, vous voulez savoir combien de temps vous allez courir, quelle distance vous avez parcouru et parfois combien de calories vous avec brûlées.
C’est aussi nécessaire pour les manifestations. Vous avez à définir l’objectif de la manifestation sinon vous tournez en rond. Ce peut parfois être le nombre d’élus y participant, ou combien de réacteurs en ont été arrêté suite à ça.
Ce devrait être quantifié et directement lié au but de la manifestation.

2. Évaluer l’efficacité

Même quand on fait une soirée on en fait un bilan d’efficacité, comme combien de gens sont devenus amis, combien ont fait des cadeaux, etc..
C’est nécessaire aussi pour les manifestations. On doit évaluer l’efficacité de ce qui a été défini ci-dessus.
Ce doit être fait brutalement et objectivement comme l’était la protestation devant le camp d’en face.
Ce doit être quantitatif, pour pouvoir le comparer aux autres à chaque nouvelle.

3. Retours

Quand vous avez fait une soupe et que votre famille vous dit qu’elle était trop salée, vous mettez moins de sel la fois suivante.
Il est également nécessaire de faire un retour sur les manifestations.
Si l’objectif défini en était “combien de temps êtes-vous arrivés à parler devant les télévisions” et que ce fut pour 2 mins quand vous en attendiez au moins 5, vous devez changer quelque chose  la fois suivante. (s’il y en a une.)
Si le résultat se révèle positif, vous devez réfléchir à comment l’augmenter.

Pour ne pas laisser les manifestations finir comme des exutoires de frustrations une gestion systématique en serait nécessaire.

Categories: Column