[Column] Pilot flame for the day to flare up

It’s been a week since I came to Arad in Romania.
I finally got my apartment. It’s actually a house with the shared yard. The rent is 130 €/month, so your donation will never be wasted on luxury.
It was built 140 years ago, nobody has entered the second floor. However, it has glass fiber so Fukushima Diary will be updated literally as fast as before or even faster. and the neighbors are all lovely.

It’s actually quite close to the center of the town. I planned to move to the remote village but didn’t have enough time to research because the owner of this current apartment found a buyer. He needs to sell it as soon as possible, I didn’t want to be his burden.
After all, I think I found the best apartment / house. I will use this place as a base to continue researching.

After the latter half of next week, I will go back to Bucharest again to find the place for Fukushima Diary corporation’s headquarters. The company needs the proper headquarters from this winter.
It takes 13 hours to go to Bucharest so I want to make it as efficient as possible.

Everyone tells me why I don’t live in Bucharest. The reason why I stick to living in the remote place is there is a hope there.
I’m already starting two kinds of research in Arad, one is for wine industry, and the other one is for real estate.
Some of the readers think about the generations of grandchildren and even further. They are thinking they want to leave something to inherit after moving. One of the options is the wine industry. There are actually some abandoned wine farms here. Now I’m thinking about how to make time and budget to spend on the research.
Also, the real estate is really cheap here compared to Japan or other European nations. Some Japanese people are thinking of having an “emergency shelter” or the place for early retirement.
I receive requests about the research a couple of times a day.
I need to decide if I start researching after being paid or before being paid, or even without being paid.

Maybe it’s too late. However, if someone lives one second longer by leaving the contaminated area one second sooner, I’m rewarded for all the things to do about Fukushima Diary.
From looking at the latest thyroid test result, there seems to be least hope. Government and medical institutes are starting to protect themselves from the potential lawsuits. International politics look like they are controlled only by peer pressure.

I hope Fukushima Diary to become the pilot flame one day so it flares up when everyone finally notices what is going on. This is the goal of Fukushima Diary.

 

 

Whatever TV says, 1 + 1 = 2.

_____

Français :

[Édito] Flamme du phare pour le jour où ça s’embrasera

 

Il y a une semaine que je suis arrivé à Arad en Roumanie.
J’ai finalement mon appartement. En fait, c’est une maison avec cour commune. Le loyer est de 130 €/mois, donc vos dons ne sont par gaspillés dans le luxe.
Elle a été construite il y a 140 ans, il n’y a personne au deuxième étage. Elle est pourtant équipée de la fibre optique donc le Fukushima Diary sera mis à jour littéralement aussi vite qu’avant ou même plus vite et les voisins sont adorables.

En fait, c’est proche du centre-ville. J’avais prévu d’aller au village éloigné mais je n’ai pas eu assez de temps pour les recherches parce que le propriétaire de cet appartement actuel a trouvé un acheteur. Il doit le vendre aussi vite que possible, Je ne veux pas lui être une charge.
Au final, je pense que j’ai trouvé le meilleur appartement / maison. Je vais m’en servir comme base pour continuer de chercher.

A partir de la deuxième moitié de la semaine prochaine je vais retourner à Bucarest pour trouver un siège à la Fukushima Diary corporation. La société aura besoin d’un vrai siège à parti de cet hiver.
Il faut 13 heures pour aller à Bucarest alors je veux le faire de la façon la plus efficace possible.

Tout le monde me demande pourquoi je ne reste pas vivre dans Bucarest. La raison qui fait que je reste dans cet endroit distant est qu’il y a un espoir ici.
J’ai déjà commencé deux types de recherches à Arad, une est sur l’industrie viticole, l’autre sur l’immobilier.
Certains lecteurs pensent aux générations des petits-enfants et même plus loin. Ils pensent à laisser quelque chose en héritage après être partis. Une des possibilités est l’industrie viti-vinicole. Il y a effectivement des exploitations viticoles abandonnées ici. Je pense à présent à comment dégager du temps et de l’argent pour les recherches.
En outre, l’immobilier est vraiment économique ici comparé au Japon ou à d’autres nations d’Europe. Certains japonais envisagent d’avoir un “refuge de secours” ou un endroit pour une retraite anticipée.
Je reçois deux fois par jour des demandes sur mes recherches.
Je dois décider si je commence à chercher après avoir été payé, ou avant d’être payé, ou même sans être payé.

Il est sans doute trop tard, mais si quelqu’un peut vivre une seconde de plus en quittant une région contaminée une seconde plus tôt, je suis récompensé de toutes les choses faites et à faire pour le Fukushima Diary.

En regardant les derniers résultats des examens de thyroïde, il semble qu’il y a moins d’espoirs. Le gouvernement et les institutions médicales commencent à se protéger elles-mêmes contre les procès possibles. La politique internationale semble indiquer qu’ils ne sont contrôlés que par la pression de leurs pairs.

Je souhaite que le Fukushima Diary devienne un jour la lumière du phare de façon à ce qu’il soit allumé lorsque tout le monde verra enfin ce qui se passe. C’est le but du Fukushima Diary.

Quoi que dise la télé, 1 + 1 = 2.

FUKUSHIMA DIARY FR – [Édito] Flamme du phare pour le jour où ça s’embrasera

Il y a une semaine que je suis arrivé à Arad en Roumanie.
J’ai finalement mon appartement. En fait, c’est une maison avec cour commune. Le loyer est de 130 €/mois, donc vos dons ne sont par gaspillés dans le luxe.
Elle a été construite il y a 140 ans, il n’y a personne au deuxième étage. Elle est pourtant équipée de la fibre optique donc le Fukushima Diary sera mis à jour littéralement aussi vite qu’avant ou même plus vite et les voisins sont adorables.

En fait, c’est proche du centre-ville. J’avais prévu d’aller au village éloigné mais je n’ai pas eu assez de temps pour les recherches parce que le propriétaire de cet appartement actuel a trouvé un acheteur. Il doit le vendre aussi vite que possible, Je ne veux pas lui être une charge.
Au final, je pense que j’ai trouvé le meilleur appartement / maison. Je vais m’en servir comme base pour continuer de chercher.

A partir de la deuxième moitié de la semaine prochaine je vais retourner à Bucarest pour trouver un siège à la Fukushima Diary corporation. La société aura besoin d’un vrai siège à parti de cet hiver.
Il faut 13 heures pour aller à Bucarest alors je veux le faire de la façon la plus efficace possible.

Tout le monde me demande pourquoi je ne reste pas vivre dans Bucarest. La raison qui fait que je reste dans cet endroit distant est qu’il y a un espoir ici.
J’ai déjà commencé deux types de recherches à Arad, une est sur l’industrie viticole, l’autre sur l’immobilier.
Certains lecteurs pensent aux générations des petits-enfants et même plus loin. Ils pensent à laisser quelque chose en héritage après être partis. Une des possibilités est l’industrie viti-vinicole. Il y a effectivement des exploitations viticoles abandonnées ici. Je pense à présent à comment dégager du temps et de l’argent pour les recherches.
En outre, l’immobilier est vraiment économique ici comparé au Japon ou à d’autres nations d’Europe. Certains japonais envisagent d’avoir un “refuge de secours” ou un endroit pour une retraite anticipée.
Je reçois deux fois par jour des demandes sur mes recherches.
Je dois décider si je commence à chercher après avoir été payé, ou avant d’être payé, ou même sans être payé.

Il est sans doute trop tard, mais si quelqu’un peut vivre une seconde de plus en quittant une région contaminée une seconde plus tôt, je suis récompensé de toutes les choses faites et à faire pour le Fukushima Diary.

En regardant les derniers résultats des examens de thyroïde, il semble qu’il y a moins d’espoirs. Le gouvernement et les institutions médicales commencent à se protéger elles-mêmes contre les procès possibles. La politique internationale semble indiquer qu’ils ne sont contrôlés que par la pression de leurs pairs.

Je souhaite que le Fukushima Diary devienne un jour la lumière du phare de façon à ce qu’il soit allumé lorsque tout le monde verra enfin ce qui se passe. C’est le but du Fukushima Diary.

Quoi que dise la télé, 1 + 1 = 2.

Categories: Column

About Author