[Column] Nothing’s gona stop us moving on

2 days ago, I was invited to an event of a near kindergarten.
It was to exchange international cultures for 2 ~ 6 years old kids. It was my honor to be able to attend it.
The kids were so cute and behaved well.
It reminded me of kids in Japan and also it was challenging to me how to talk about Japan.
I can’t say please come to Japan. At the same time, nobody would listen to me if I say do never come to Japan.
I’d have to explain all the risks. Radiation risk, seismic risk, and such and such, which I didn’t want to to take at all. If the kids grow up and want to come to Japan, they need to understand all the risks and calculate if it’s less than the benefit or not.

Of course living outside of Japan also has a certain risk. I don’t know if I’m alive in a week from now myself.

In the outside of Japan and also my readers-phere, actually there are not so much enemies or supporters for people who care about Fukushima effect.
Probably 99% of human beings think Fukushima accident was over without almost any victimes though they have zero basis to assert it. However from my experience, they can be convinced if I explain, where Japanese would show some allergic reaction against it.
It’s all up to me and other Japanese how to move on.

Being worrisome might be a sort of sloth. I’ve been in Romania for 4.5 months but still can’t even order a pizza without mushroom and cola with 2 slices of lemon to come 15 minutes before the pizza in Romanian language. I’ve been running Fukushima Diary for nearly 2 years but still have a server-phobia.
I could have semi-mastered Romanian and semi-semi mastered server during my stay in Bucharest, but I seem to have spent too much time on confirming something that’s 99% sure.
It made my life in Romania even more difficult, yet I’m still trying to move on before becoming too old. About this time next week, probably I won’t be in Bucharest.
I’m going to look into the possibility of exporting Romanian wine to Japan. I don’t even know the industrial structure so I have a lot to research. If it’s contaminated due to Chernobyl, the wine will be exclusive for politician and people in power industry. Either way, it would drop money in the local community and Japanese have chance to do business in Romania too. It has to be done by Japanese actually.
Also, it’s suggested that some Japanese anime creators might be interested in living in Romania. They only need internet connection to work. They are interested in the quiet circumstances and the moderate living cost.

At the end of the column, I’d like to announced the old Paypal button for donation will be removed shortly.
On 4/21/2013, I put the paypal button of Fukushima Diary corporation.
(cf, [Notice] Paypal button for Fukushima Diary corporation added to the site but still received by me [URL])
I kept the old ones until today but having 2 kinds of the buttons on one website is confusing. As I explained before, these are all the same. The donation will be received by me and spent on running Fukushima Diary and my bread sometimes. (I don’t even drink or smoke.) If you see the old Paypal buttons taken away, please don’t be shocked. Nothing actually changes.

 

 

The real problem behind Fukushima accident was “Everyone wanted a LIE.”
Fukushima accident was physically an end. However, it was socially nothing but a check point. As time passes, it’s becoming clear.
By taking advantage of their old brand as “hardworking and honest”, they were depraved to blind themselves from reality.
Media blackout can’t stand without the demand.
By sacrificing the long-term benefit, they will increasingly seek short-term benefit. We don’t have a long way to convergent point.
Not to mention, Fukushima Diary says No to it, anytime, anywhere.

_____

Français :

[Édito] Rien ne peut nous empêcher d’avancer

 

Il y a 2 jours, j’ai été invité à un événement d’une garderie voisine.
C’était pour faire découvrir des cultures internationales aux enfants de 2 à 6 ans. J’ai eu l’honneur de pouvoir y assister.
Les enfants étaient tellement mignons et se sont bien comportés.
Ça m’a rappelé les enfants au Japon et aussi que c’était un défi pour moi de savoir comment leur parler du Japon.
Je ne pouvais pas les prier de venir au Japon. En même temps, personne ne m’aurait écouté si j’avais dit de ne jamais aller au Japon.
J’aurais eu à expliquer tous les risques. Le risque radioactif, le risque sismique, et autres et autres, et ceux que je ne voulais pas prendre du tout. Si les enfants grandissent et veulent aller au Japon, ils ont besoin de comprendre tous les risques et évaluer si c’est supérieur aux avantages ou non.

Évidemment, vivre en dehors du Japon comporte un certain risque aussi. Je ne sais pas moi-même si je serai toujours vivant dans une semaine.

A l’extérieur du Japon et aussi dans la sphère de mes lecteurs, en fait il n’y a pas tellement d’ennemis ou de  partisans pour les gens qui se soucient des effets de Fukushima.
99 % des humains pensent sans doute que l’accident de Fukushima est terminé pratiquement sans victimes bien qu’ils ne disposent d’aucune base pour l’affirmer. Toutefois, d’expérience, ils peuvent être convaincus si j’explique, là où certains japonais montreraient une sorte de réaction allergique contre ça.
C’est à moi et aux autres japonais de savoir comment avancer.

Inquiéter peut être  une sorte de paresse. Je suis en Roumanie depuis 4 à 5 mois mais en roumain je n’arrive toujours pas à même commander une pizza sans champignons et un coca avec 2 tranches de citron en moins de 15 minutes avant que la pizza soit cuite. J’ai fait marcher le Fukushima Diary pendant près de 2 ans mais j’ai toujours une phobie des serveurs.
J’aurais pu semi maitriser le roumain et semi-semi maitriser les serveurs pendant mon séjour à Bucarest mais je semble avoir passé trop de temps à confirmer des choses sûres à 99 %.
Ça a rendu ma vie en Roumanie encore plus difficile, bien que je sois toujours en train d’essayer de bouger avant d’être trop vieux. Pour maintenant la semaine prochaine je ne serai probablement pas à Bucarest.
Je vais voir comment on pourrait exporter du vin roumain au Japon. Je ne connais même pas la structure industrielle, alors j’ai beaucoup de recherches à faire. Si c’est contaminé par Tchernobyl, le vin sera exclusivement réservé aux politiciens et aux gens haut placés de l’industrie électrique. Dans tous les cas, ça apportera de l’argent à la communauté locale et aussi aux japonais ayant la chance de faire affaire avec la Roumanie. Ça doit être fait par des japonais en fait.
On me suggère aussi que certains créateurs d’animation japonais pourraient être intéressés à vivre en Roumanie. Ils n’ont besoin que d’une connexion internet pour travailler. Ils recherchent le calme et un coût de la vie modéré.

En fin de cet éditorial, je voudrais annoncer que le vieux bouton Paypal des dons va bientôt être enlevé.
Le 21 avril 2013, j’avais ajouté le bouton Paypal de la société Fukushima Diary (cf. [Note] Un bouton Paypal pour l’entreprise Fukushima Diary a été ajouté au site mais c’est toujours moi qui reçoit)
J’ai gardé les anciens jusqu’à aujourd’hui mais avoir 2 types de boutons sur un site porte à confusion. Comme je l’ai expliqué avant, ils sont tous identiques. Les dons sont reçus par moi et dépensés pour faire marcher le Fukushima Diary et parfois mon pain. (je ne bois même pas ni ne fume) Si vous voyez disparaître les vieux boutons Paypal, n’en soyez pas choqués. Rien ne change vraiment.

 

Derrière l’accident de Fukushima le vrai problème était que “Tout le monde voulait du MENSONGE”.
L’accident de Fukushima était physiquement une fin. Socialement cependant, ce n’était rien d’autre qu’un point de passage. Plus le temps passe, plus c’est clair.
Ils se sont pervertis eux-mêmes en s’aveuglant contre la réalité en se cachant derrière leur ancienne image de marque de “travailleurs honnêtes”.
La censure médiatique ne tient pas sans demande.
Ils vont de plus en plus chercher des avantages à court-terme en sacrifiant le long terme. Nous ne sommes plus très loin du point de convergence.
Il va sans dire que le Fukushima Diary le refuse, en tout temps et en tout lieu.

Categories: Column

About Author