[Column] The only life I could choose

Note : If you are from the international mass media, Don’t read this site before taking a contact with me.

 

 

There’s no one else to do what I am doing.

Left Japan, started the journalism / research company specialized in anti-nuke and mass media, profit is from donation instead of selling something, in Romania.

 

There’s nobody to consult.

This is not the sense of loneliness. This is the sense of frontier.

I’m the first one to do anything. Sometimes, or often, I feel somewhat anxiety and scared.

but again there’s nobody to talk about that. Even if I talk about that, nobody can really understand that. Some people even try to take advantage of me for marketing something.

 

but I’m not going back. This is what I live for.

 

When I feel like I’m crushed by pressure, the only thing to save me is the sense that I did my best.

Maybe I make mistake. Maybe I choose the wrong one.

However at least I’m sure I do my best all the time.

 

Whenever I look back, I can think I couldn’t choose anything else, I couldn’t do anything better.

 

Maybe it’s miracle itself that I’m still alive.

Life is like snow. Even if you melt soon as you land, you’d cool down the ground so the following snowflakes can survive.

 

I haven’t betrayed me never since 311. and I will not.

 

Some people decided to accept the lies. They think living true is too expensive.

but when they become alone, who is going to blame ?

 

Living true is costly, but living a lie is worthless.

 

 

I reject the international mass media to read this site without taking a contact with me.I know some of the mass media corporations read Fukushima Diary to understand the trend so they know when to report about Fukushima as if they were independently following it for a long time.
In short, they make you individual readers pay for this site while they pay nothing, and when they publish the “authorized news”, you pay for the “secondhand news”, which is nothing new for us.
This site is free for the individual readers, but not for corporations.In the world, this site is nearly the only source about Fukushima. I came here alone without any supporting organizations, background or anything. I’m not pleased to be exploited by the corporations that didn’t even properly report about Fukushima when 311 took place.

I demand them to take a contact with me BEFORE reading this site whatever the purpose is.

_____

Français :

 [Édito] La seule vie que je pouvais choisir
Note : Si vous êtes de la grande presse internationale, ne lisez pas ce site sans avoir préalablement pris contact avec moi.

 

Personne d’autre que moi ne fait ce que je fais.
Quitter le Japon, commencer le journalisme / une entreprise spécialisée dans la recherche anti-nucléaire et la grande presse, les profits proviennent des dons au lieu de ventes, en Roumanie.

Il n’y a personne à consulter.
Ce n’est pas la solitude, ce sont les frontières.
Je suis le premier à faire quelque chose. Parfois, souvent, je suis angoissé, j’ai peur.
mais, encore une fois, personne d’autre n’en parle. Personne n’y comprend vraiment quelque chose même quand j’en parle. Certains essayent même d’en tirer profit, sur moi, pour vendre.

mais je ne recule pas. Je vis pour ça.

Lorsque je me sens écrasé par la pression la seule chose qui me sauve est le sentiment d’avoir fait de mon mieux.
Je fais sans doute des erreurs, je fais peut-être des mauvais choix.
mais au moins je suis sûr que je fais de mon mieux tout le temps.

Quand je regarde en arrière je peux me dire que je n’aurais pas pu choisir autre chose, que je ne pouvais pas faire mieux.

Le fait que je sois toujours vivant est peut-être un miracle en soi.
La vie c’est comme de la neige : même si on fond au simple contact du sol, on contribue à le refroidir pour que les autres flocons puissent survivre.

Je ne me suis pas renié depuis le 11-3 et je ne me renierai pas.

Certains ont décidé d’accepter le mensonge. Ils estiment que vivre dans le vrai coûte trop cher.
mais quand ils se retrouvent seuls, à qui doivent-ils s’en prendre ?

Vivre dans le vrai coûte cher mais vivre un mensonge, ça ne vaut rien.

J’interdis à la grande presse internationale de lire et d’utiliser ce site sans préalablement prendre contact avec moi. Je sais que certaines grandes sociétés de presse lisent le Fukushima Diary pour comprendre la tendance et trouver quand rendre compte de la situation de Fukushima comme s’ils la suivaient indépendamment depuis longtemps.
En résumé, ils vous font payer à vous, simples lecteurs, ce qu’ils prennent gratuitement dans ce site et lorsqu’ils publient des “nouvelles de première main” vous payez pour des “nouvelles resucées”, qui n’ont rien de nouveau pour nous.
Ce site est gratuit pour les lecteurs individuels, pas pour les sociétés. Ce site est pratiquement la seule source au monde sur Fukushima. Je viens ici seul sans aucun soutien d’organisation quelconque, ni références, ni rien. Je n’apprécie pas de me faire exploiter par ces sociétés qui n’ont même pas été foutues de relater correctement ce qui se passait à Fukushima quand a eu lieu le mois de mars 2011.

Je leur demande de prendre contact avec moi AVANT de lire ce site dans quelque but que ce soit.

Categories: Column

About Author