[Column] The Japanese family went back to home land and sent me the letter

Note : If you are from the international mass media, Don’t read this site before taking a contact with me.

 

 

This October, I guided a Japanese family in Romania for 10 days. They were interested in Romania and I wanted to make the best of what I got to know about this country in these 10 months. (cf, [Column] Candle, cupcake and aurora [URL])

They safely went home and sent me the message below in English. I would like to share it with everyone with the permission of the family.

 

<Start>

My impressions of Romania.

Before my traveling to Romania I have read “the safety measures basic data” by the Ministry of Foreign Affairs.

To be honest I was nervous to travel Romania with my child because I am afraid to encountered in crime.

Mr. Mochizuki and his friend were concerned about us and they waited for us at the airport gate obligingly.
Then the airport transfer was to come on time, and we were able to reach the hotel in safe.

“The wild dogs” of Bucharest city were very few.
At least I couldn’t see a dangerous wild dog around the city during my stay.

At the accommodation, we have spent comfortably in a clean place.
There was no ticks on the sofa and the beds.

From the next day of our arrival, we were able to enjoy a meal in the restaurant.
I didn’t see any fake cop and gangs fortunately.
I was relieved that there were not any problems.

We also took a Romanian bus and a Romanian subway in safely.
I did not take a Bucharest taxi without Romanian friends as a cautionary.
However, we were able to arrive at the destination at almost fair price when we took it.

Naturally enough, we have to not to touch with unfamiliar existence.
It is the equally important to avoid the risk and danger in any country.

I saw a lot of road parking in Bucharest.
Bucharest has a lot of traffic but has no parking facility.
The streets has groomed and luxury brand stores lined just like Omotesando in Tokyo.
But the other streets has many old apartment of old communist era.
I felt Bucharest is the big city that has the bright and dark sides.

Most of all cuisine of Romania was lovely meal.
It is very gentle flavored to suit Japanese.
At European region I have to note that there are still detected the high concentration of radioactive contamination foods especially canned food, jam, mushrooms, herbs, dairy products.
I avoided berries and mushrooms at every meal time.

I did not drink the tap water because there was a note about the quality of tap water in advance.
As the shower was soft water, It seems good for my hair and skin.
Surprisingly, my falling hair had decreased and stains and dullness of my skin became thinner and also my low back pain and joint pain were eliminated during the stay in Romania.
Perhaps, I was exposed to radiation daily in Japan.

For school enrollment of children, there is a need to talk at the level of Romanian conversation everyday.This is a barrier for me and my children.
I asked for research to Mr. Mochizuki and my Romanian friends to be able to visit the school in advance.
There is no problem of accept foreigner students, but we need to speak in Romanian and at the very least English.
Mr. Mochizuki went to the school with us and he served as interpreter for interview with the school staffs for his kindness.I am very grateful to him.
But of course we have to speak in Romanian and English after enroll without an interpreter everyday.
Fortunately every teachers of the school can speak English.
The education levels of the school is not low at all.
There are attractive curriculum of commensurate with age.
It is a small group of 12-18 students in one class and they are tutoring politely.
English and German can learn in addition to the Romanian from elementary school.
There are also the computer class.
I think I want to enroll my child in the school.

I describe experiences of when I bought some goods and vegetables at the supermarket.
It is slightly different from Japan.
The shopping cart and shopping cart system is interesting.
I need to put a 50 cent coin in the handle of the large cart.
Vegetables are sold by weight.
The price tag printed by myself after measured in electronic scale.

There were some bias in the lineup of miscellaneous goods.
For example,They sells many various candles.
But I can’t find the mechanical pencil lead of 0.5mm.

However, it does not seem to be so inconvenient.
I was able to buy as normal.
I go back the shopping cart to tidy to original position and it was a system that 50 cents come back.

I looked at several places the radiation dose in the location of my stay.
I was examined by using the DOSERAE2, SOEKS.
Dose of Buchares was 0.08 ~ 0.14μsv/h in the indoor and outdoor.
Cluj-Napoca local it was 0.03 ~ 0.06μsv/h indoor and it was 0.05 ~ 0.09 μsv/h outdoors.
We can not be sure the only result of the spatial dose but personally I think there might have been a region that has relatively escaped the effects of the Chernobyl nuclear accident.

I sincerely thank Mr. Mochizuki and his friends.
I cannot express enough my feelings of appreciation.

<End>

 

 

I reject the international mass media to read this site without taking a contact with me.I know some of the mass media corporations read Fukushima Diary to understand the trend so they know when to report about Fukushima as if they were independently following it for a long time.
In short, they make you individual readers pay for this site while they pay nothing, and when they publish the “authorized news”, you pay for the “secondhand news”, which is nothing new for us.
This site is free for the individual readers, but not for corporations.In the world, this site is nearly the only source about Fukushima. I came here alone without any supporting organizations, background or anything. I’m not pleased to be exploited by the corporations that didn’t even properly report about Fukushima when 311 took place. I demand them to take a contact with me BEFORE reading this site whatever the purpose is.

_____

Français :

[Édito] La famille japonaise est rentrée à la maison et m’a envoyé une lettre
Note : Si vous êtes de la grande presse internationale, ne lisez pas ce site sans avoir préalablement pris contact avec moi.

 

En octobre dernier j’ai guidé une famille de japonais pendant 10 jours à travers la Roumanie. Ils étaient intéressés par la Roumanie et je voulais montrer le meilleur de ce que j’ai pu apprendre sur ce pays au cours de ces 10 derniers mois. (cf. [Édito] Bougie, petit gâteau et aurore)
Ils sont bien rentrés et m’ont envoyé en anglais le message suivant. Je voulais le partager avec tout le monde et avec leur permission.

<Début>
Mes impressions sur la Roumanie.

J’avais lu les “mesures de sécurité de base” du ministère des Affaires Étrangères avant mon voyage en Roumanie.

Pour être honnête j’étais nerveux à venir en Roumanie avec mon enfant, par peur du crime.

M. Mochizuki et son amie s’inquiétaient pour nous et nous ont aimablement attendus à la porte d’arrivée de l’aéroport.
Le transport depuis l’aéroport a eu lieu ensuite à l’heure prévue et nous avons rejoint notre hôtel en toute sécurité.

“Les chiens errants” de la ville de Bucarest étaient très peu nombreux.
Pendant tout mon séjour je n’ai pas vu un seul chien errant dangereux en ville.

Notre hébergement a été confortable dans un endroit propre.
Il n’y avait pas de tiques sur les canapés, ni les lits.

A partir du lendemain de notre arrivée, nous avons pu profiter des repas au restaurant.
Je n’ai heureusement croisé aucun faux policier ni aucun gang.
J’ai été soulagé qu’il n’y ait eu aucun problème.

On a aussi utilisé les bus roumains et les métros roumains en toute sécurité.
Je n’ai pas pris de taxi dans Bucarest sans amis roumains comme caution.
Cependant, lorsqu’on l’a pris on a pu se rendre à destination pour un prix très raisonnable.

De façon assez naturelle, nous n’avons pas eu à affronter de situation inhabituelle.
Ddans n’importe quel pays il est important d’éviter les risques et les dangers aussi.

J’ai vu beaucoup de stationnements dans les rues à Bucarest.
Bucarest connaît beaucoup d’embouteillages mais n’a pas de parkings.
Il y a des rues à magasins bien apprêtés et de marques de luxe, alignés comme à Omotesando dans Tokyo.
Mais les autres rues ont beaucoup de vieilles habitations de l’ancienne ère communiste.
J’ai senti que Bucarest est une grande ville qui a des côtés lumineux et des côtés sombres.

La cuisine de Roumanie était avant tout délicieuse.
Elle est très subtilement parfumée, pour convenir aux japonais.
Je dois constater qu’on détecte toujours des aliments contaminés par une forte radioactivité dans les régions européennes, en particulier les boîtes de conserve, confitures, champignons, herbes, produits laitiers.
J’ai évité les baies et les champignons à tous les repas.

Je n’ai pas bu l’eau du robinet parce qu’il y avait un avis prévenant de sa piètre qualité.
La douche était à l’eau douce et ça semble avoir fait du bien à mes cheveux et ma peau.
De façon surprenante pendant mon séjour en Roumanie, mes cheveux ont commencé à moins tomber et mes taches et faiblesses de peau ont régressé, ma douleur sourde dans le dos et aux articulations a disparu aussi.
J’ai sans doute été quotidiennement exposé à la radioactivité au Japon.

Concernant l’inscription des enfants à l’école, il est quotidiennement nécessaire d’avoir un niveau de conversation courante en roumain. C’est une barrière pour moi et mon enfant.

J’avais demandé à l’avance à M. Mochizuki et à mes amis roumains de pouvoir visiter une école.
Il n’y a aucun problème à y accepter des élèves étrangers mais il est nécessaire de parler le roumain et un minimum d’anglais.
M. Mochizuki s’est rendu à l’école avec nous et nous a gentiment servi d’interprète auprès des membres de l’équipe éducative. Je lui en suis très reconnaissant.
Mais, bien sûr, on doit parler roumain et anglais tous les jours après l’inscription et sans avoir d’interprète.
Par chance, tous les enseignants de l’école parlent anglais.
L’éducation de cette école n’est pas du tout d’un niveau inférieur.
On y trouve des curriculum attractifs en fonction de l’âge.
Les classes sont de 12 à 18 élèves et ils suivent les cours poliment.
Dès le primaire, on peut apprendre l’anglais et l’allemand en plus du roumain.
Il y a aussi des cours d’informatique.
Je pense que je mettrai mon enfant dans cette école.

Je décris maintenant mon expérience d’achats de biens et nourriture au supermarché.
C’est très différent du Japon.
Les caddies et leur système de gestion sont intéressants.
J’ai du mettre une pièce de 50 cents dans la poignée d’un grand caddie.
Les légumes sont vendus au poids.
L’étiquette du prix s’est imprimée pour moi après que j’ai fait une pesée sur une balance électronique.

Il y a bien eu quelques manques dans les rayons de produits divers.
Par exemple, ils vendent toutes sortes de bougies.
mais je n’ai pas pu trouver de mine de 0,5 mm pour mon porte-mine.

Néanmoins, ça ne semble pas être tellement gênant.
J’ai pu faire mes achats comme d’habitude.
J’ai ramené le caddie pour l’accrocher dans sa position de départ et il y a eu un système pour me rendre mes 50 cents.

Pendant mon séjour j’ai contrôlé la radioactivité en plusieurs endroits.
J’ai fait mes relevés avec un DOSERAE2, de SOEKS.
La dose dans Bucarest était entre 0,08 et 0,14 μsv/h à l’intérieur comme à l’extérieur.
La localité de Cluj-Napoca était entre 0,03 et 0,06 μsv/h à l’intérieur et entre 0,05 et 0,09 μsv/h au dehors.
On ne peut pas avoir de certitude de dose ambiante sur ces seuls résultats mais je pense personnellement qu’il y a pu y avoir des régions relativement épargnées par les conséquences de l’accident nucléaire de Tchernobyl.

Je remercie sincèrement M. Mochizuki et ses amis.
Je n’ai pas de mots pour exprimer ma reconnaissance.

<Fin>

J’interdis à la grande presse internationale de lire et d’utiliser ce site sans préalablement prendre contact avec moi. Je sais que certaines grandes sociétés de presse lisent le Fukushima Diary pour comprendre la tendance et trouver quand rendre compte de la situation de Fukushima comme s’ils la suivaient indépendamment depuis longtemps.
En résumé, ils vous font payer à vous, simples lecteurs, ce qu’ils prennent gratuitement dans ce site et lorsqu’ils publient des “nouvelles de première main” vous payez pour des “nouvelles resucées”, qui n’ont rien de nouveau pour nous.
Ce site est gratuit pour les lecteurs individuels, pas pour les sociétés. Ce site est pratiquement la seule source au monde sur Fukushima. Je viens ici seul sans aucun soutien d’organisation quelconque, ni références, ni rien. Je n’apprécie pas de me faire exploiter par ces sociétés qui n’ont même pas été foutues de relater correctement ce qui se passait à Fukushima quand a eu lieu le mois de mars 2011. Je leur demande de prendre contact avec moi AVANT de lire ce site dans quelque but que ce soit.

Categories: Column

About Author