[Column] Wake up and find the way to go

A friend of the apartment owner came to install the washing machine last night.
Because he kept on asking me what I do and if I had a “proper” journalism education etc.., I told him about Fukushima accident.
In this far remote town of Romania, he has hardly heard about Fukushima accident and thought it was shut down 5 years ago.
I casually explained the situation but I stopped because it was so obvious that he was turning so sad and depressed. Welcome to my world.

It’s about a year (+ 1 week) since I left Europe to North America last year and had interrogationS at Vienna airport and Toronto airport. I was even scared of writing about that. The situation hasn’t changed much but I’m used to it.
I haven’t seen a bird with a suitcase. I had to leave so many things on the way.
Having no home, but only 2 jackets and 3 pairs of pants is one of the most scary things in the world. However I’m not going to quit it. My anger against the media, old industry, and hope for the next world are overwhelming my fear.
Since I went to North America, Summer, Autumn, Winter passed and Summer is coming back again.

It was Autumn when I was in Brooklyn. Decreasing temperature and cold winds can make you insecure. I didn’t even know how to live after leaving America in November. Should I go to Morocco? Romania ? Cuba ? I had no idea what I was doing next summer. Looking back that time, I feel funny and I feel the same anxiety about the next year.

However again, I was always saved by someone on the way, mentally and physically. You never know what tomorrow brings. We Japanese lost the stable base. The situation is changing increasingly rapidly. The only thing that I know is they will absolutely get stuck if they try to repeat yesterday because tomorrow is not yesterday.

This apartment in Arad is actually a house built in 1885. It has the second floor but nobody has ever seen it over 100 years. It has a storage in the basement floor, which may be good to stock wine. Nobody is living in both sides of the house. It’s entirely quiet. I’m missing the BOSE speaker that I bought in Japan. I had to leave it in Canada. It was like a symbol of my old life in Japan. It’s a kind of funny that the most unnecessary thing is the heaviest and the largest in your suitcase.

My life changed when I left Japan. It changed when I left America again. Nobody tells me what to do, where to go. I’m trying to discipline myself not to think if I made some mistake in my past. If I’m a vampire, living forever only with blood, maybe I should look back sometimes, but I don’t have infinite amount of time. It’s too soon to judge anyway.

Today and yesterday morning, I couldn’t seriously remember where I was sleeping. It happens.
but I know where I’m heading for. Every time I close my eyes, I can see the not-so-little Japan. I open my eyes and try to find out the way to go.

 

 

Japanese can stay as long as they need without visa and any equivalent certificate in Svalbard island (North of Norway). They can come and stay with no legal restriction. In order to research the place, proper equipment is necessary.

Your next support will be spent on the down jacket and pants. Goal : 300$
So far : 0$

_____

Français :

[Édito] Se lever et trouver le chemin

 

La nuit dernière, un ami du propriétaire de l’appartement est venu installer la machine à laver.
Je lui ai parlé de l’accident de Fukushima parce qu’il me demandait tout le temps ce que je faisais et si j’avais un’ “bonne” formation de journaliste, etc…
Il n’avait pratiquement pas entendu parler de l’accident de Fukushima de cette petite ville reculée de Roumanie et il pensait que ça avait été arrêté il y a 5 ans.
J’ai simplement expliqué la situation mais j’ai vite arrêté parce qu’il était évident qu’il en devenait extrêmement triste et déprimé. Bienvenue dans mon monde.

Il y a environ un an (+ 1 semaine) que j’ai quitté l’Europe pour l’Amérique du Nord et que j’ai subi des interrogationS dans les aéroports de Vienne et de Toronto. J’avais même peur d’écrire dessus. La situation n’a pas beaucoup évolué mais je m’y suis habitué.
Je n’ai jamais vu d’oiseau avec une valise. Je dois abandonner tellement de choses en route.
Être sans foyer et avec seulement 2 vestes et 3 pantalons est l’une des choses les plus effrayantes au monde. Je ne vais pas changer pour autant. Ma colère contre la presse, les vieilles industries et mon espoir en le monde à venir dépassent mes craintes.
Depuis que je suis allé en Amérique du Nord, l’été, l’automne, l’hiver sont passés et l’été est à nouveau de retour.

Quand j’étais à Brooklyn c’était l’automne. La chute de la température et les vents froids peuvent vous inquiéter. Je ne savais même pas comment vivre après mon départ d’Amérique en novembre. Devais-je aller au Maroc ? en Roumanie ? à Cuba ? Je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire l’été suivant. En me retournant sur cette époque, je trouve ça drôle et je ressens la même inquiétude pour l’année prochaine.

Néanmoins encore une fois, j’ai toujours été sauvé en route par quelqu’un, moralement et physiquement. On ne sait jamais de quoi demain sera fait. Nous, les japonais, avons perdu la base stable. La situation change de plus en plus vite. La seule chose que je sache est qu’ils seront complètement coincés s’ils essayent de répéter hier parce que demain n’est pas hier.

Cet appartement d’Arad est en fait dans une maison construite en 1885. Il y a un deuxième étage mais personne n’y est allé depuis 100 ans. Il y a une cave, ce qui peut être utile pour garder du vin. Il n’y a personne de chaque côté de la maison. C’est complètement silencieux. Les haut-parleurs BOSE que j’avais achetés au Japon me manquent. J’ai du les laisser au Canada. C’était comme un symbole de ma vie passée au Japon. C’est amusant quelque part que l’objet le plus inutile de votre valise soit aussi le plus lourd et le plus encombrant.

Ma vie a changé quand j’ai quitté le Japon. Elle a encore changé quand j’ai quitté l’Amérique. Personne ne me dit quoi faire, où aller. J’essaye de me discipliner à ne pas penser à ce que j’ai pu faire comme erreurs. Si je suis un vampire, vivant uniquement de sang et pour l’éternité, je devrai sans doute regarder en arrière de temps à autres mais je n’ai pas un temps infini devant moi. Il est trop tôt pour juger, de toute façon.

Aujourd’hui et hier matin, je n’arrivais pas à me souvenir d’où j’avais dormi. Ça arrive.
mais je sais où je vais. Chaque fois que je ferme les yeux je vois ce Japon-pas-si-petit. J’ouvre les yeux et j’essaye de trouver le chemin.

 

Les japonais peuvent rester sur l’île de Svalbard (Nord de la Norvège) autant qu’ils veulent et sans visa ou équivalent. Ils peuvent venir et rester dans aucune restriction juridique. Un équipement adapté est nécessaire pour prospecter l’endroit.

Vos prochains soutiens seront dépensés en veste et pantalons. But : 300$
Acquis : 0$

Categories: Column

About Author