[Column] The same reaction

5/12/2013

Because I’m going back on the road shortly, I was cleaning my room all day.
Before the dinner time, I went to a cafe for a change. It was another beautiful Sunday.

In front of the cafe, a young woman was sitting. She was holding a baby girl and had a paper board. I couldn’t read it.
The evening sun was strong. The woman looked down and her daughter was sleeping in her arms.
I passed by because she was dressed decent for homeless. There are a lot of “fake” homeless here.

Walked 10m, I stopped myself and remembered I was donated today. I took out 25¢ from my bag.
She dropped the bill because her daughter moved. I picked it up and pushed it into her hand.
She said thank you in Romanian. It was the voice of person who has never even smoked.
She smelled like ammonia. She was authentically homeless. The little girl looked like her. The girl was homeless too.
I started walking to the cafe, but I didn’t know why I was going to cafe anymore.
All the seats are in terrace. Because it was a sunny Sunday, it was almost full.
I was walking around to look for a seat but it was starting to feel like mandatory for me.

Everybody looked happy. The commercial of Pepsi was shouting “Live for now”.
Looking at myself in the mirror of the toilet, I decided to go back. I felt like I had to ask her why she is there.

She wasn’t there anymore. I resented myself being coward so that I didn’t ask her in the first time. I looked around but couldn’t find her anymore.
Then I noticed she was sitting on the fence. On the sticking frame, there was a piece of cardboard of about 10cm×10cm. The fence was about 30cm height. I tried to sit where she was sitting.
My hips hurt terribly. The evening sun was heating. People on the street painfully stared at me.
I looked up. There was a concrete wall 2m away from me, and 2 fashion models were smiling in the advertisement. The fence was the height of her pride, the last hope for her life.

I got back to the cafe again. Didn’t know where to go anymore.
Forced myself to find a seat. Something in me tried to get me back to “the reality”. However, the seat I found got a bird dropping on. Felt like it was a huge waste of money.

Got out of the cafe again, then I found her sitting there with her daughter.

I knew I’d sound stupid to ask this, but said, “Do you speak English ?”.
She was “Yes, a little bit.” in English. She was educated.
I sat down because I didn’t want to look down on her. She had blue eyes. Her daughter was blond.

She was like skin and bones.

“Where are you from?” I asked, not her.
She’s from Bucharest. Her name is Laura. The name of her daughter is Elena.

Her husband works to sell shoes or something but can’t make enough money, and they have 4 children so she can work only for one day weekly.
They live with many other people, but couldn’t pay the rent because they pay for the school of the children. so she sometimes has to sit there.

The rent is 18.5€ a month. Just over the wall, people are spending more on coffee and beer.
I decided to downgrade my dinner to chicken soup and gave up buying the toilet detergent so her family won’t be kicked out this month.

I was surprised she spoke perfect English. It was slow but clear. I asked her if I can take their picture but she was “No, please.”
For my next project, I definitely need an English translator. I thought of asking her but she doesn’t have the internet, of course, nor I can’t drag her to the other side of Romania only for me.

The sky was blue. Sometimes the space looks like a bottomless swamp.
I imaged a huge dice dropped from the heaven to decide the destiny of all of us.

I personally felt like it wasn’t the fraud. Either way, now anyone could “fall” into that mud.
Some people try to completely ignore this fact. Some people try to assert it is a fake. I simply shuddered to see them drowned in the mud and threw some seeds into the mud hoping it will be a forest one day. I felt shocked as if I had a cold water from my head.
and I felt shocked as if I had a bucket of ice to realize this is exactly the same reaction as when people got to know the reality about nuclear industry and what’s going on after Fukushima.

 

↓ The fence and “the cushion”.

[Column] The same reaction

 

↓ What you can see from where they were.

2 [Column] The same reaction

 

 

Thank you for considering donation !
Your donation will be spent for:
The legal procedure to register Fukushima Diary headquarters. (320USD)
So far, 161 USD collected.

_____

Français :

[Édito] La même réaction

 

12 mai 2013

J’ai fait le ménage de ma chambre toute la journée parce que je vais bientôt reprendre la route.
Je suis allé au café avant l’heure du diner pour changer d’air. C’était un autre beau dimanche.

Une jeune femme était assise en face du café. Elle portait un bébé fille et un panneau. Je ne pouvais pas le lire.
Le soleil de l’après-midi était fort. La femme a regardé vers le bas sa fille qui dormait dans ses bras.
Je suis passé parce qu’elle était trop bien habillée pour être sans abri. Il y a beaucoup de “faux” mendiants ici.

J’ai fait 10 m, je me suis arrêté et souvenu des dons reçs aujourd’hui. J’ai pris 25¢ dans mon sac.
Elle a fait tomber son panneau parce que sa fille a bougé. Je l’ai ramassé et lui ai mis dans la main.
Elle m’a dit merci en roumain. C’était la voix d’une personne qui n’a jamais même fumé.
Elle sentait l’ammoniac. Elle était vraiment sans abri. La petite fille lui ressemblait. La petite fille était aussi sans abri.
J’ai repris ma marche vers le café mais je ne savais plus pourquoi j’allais au café.
Tous les sièges sont en terrasse. C’était pratiquement plein parce que c’était un dimanche ensoleillé.
Je tournais autour à la recherche d’une place mais j’ai commencé à le ressentir comme une obligation.

Tout le monde avait l’air heureux. La pub de Pepsi criait “Vivre l’instant”.
J’ai décidé de rentrer en me voyant dans le miroir des toilettes. Je sentais que je devais lui demander pourquoi elle en était là.

Elle n’était plus là. Je m’en suis voulu d’avoir été lâche de ne pas le lui avoir demandé dès le début. J’ai regardé autour mais je ne la voyais plus.
Ensuite, je l’ai repérée assise sur une clôture.  Accroché à la clôture, il y avait un morceau de carton d’environ 10×10 cm. La clôture faisait environ 30 cm de haut. J’ai essayé de m’asseoir là où elle s’était assise.
J’ai eu terriblement mal aux hanches. Le soleil du  soir chauffait. Les gens de la rue me dévisageaient de façon désagréable.
J’ai levé les yeux. Il y avait un mur en béton à 2 m de moi et 2 modèles de mode souriaient sur l’affiche. La clôture était à la hauteur de sa fierté, le dernier espoir de sa vie.

Je suis encore retourné au café. Je ne savais plus où aller.
Je me suis forcé à trouver une place. Quelque chose en moi essayait de me faire revenir à “la réalité”. Le siège que j’ai trouvé était maculé par des chiures d’oiseau. J’ai eu l’impression d’un gros gaspillage d’argent.

Je suis encore ressorti du café, et je l’ai trouvée assise avec sa fille.

Je savais que j’avais l’air idiot en demandant ça mais je lui ai dit “Parlez-vous anglais ?”
Elle a dit “Oui, un petit peu”, en anglais. Elle a fait des études.
Je me suis assis parce que je ne voulais pas la regarder de haut. Elle a des yeux bleus. Sa fille est blonde.

Elle n’avait que la peau sur les os.

“D’où êtes-vous ?”, lui demandais-je, pas elle.
Elle est de Bucarest. Elle s’appelle Laura. Le nom de sa fille est Elena.

Son mari travaille à vendre des chaussures ou autre chose mais ne gagne pas assez et ils ont 4 enfants alors elle ne peut travailler qu’un jour par semaine.
Ils vivent avec beaucoup d’autre gens mais ne peuvent pas payer le loyer à cause de ce qu’ils dépensent pour l’école des enfants. alors elle vient parfois s’asseoir ici.

Le loyer est de 18,5 € par mois. Juste au dessus du mur, les gens dépensent plus en café ou en bière.
J’ai décidé de réduire mon diner à une soupe de poulet et abandonné l’idée d’acheter le savon pour les toilettes pour que sa famille ne soit pas expulsée ce mois-ci.

J’ai été surpris par son anglais parfait. Il était lent mais clair. Je lui ai demandé si je pouvais la prendre en photo mais elle a répondu “Non, s’il vous plait”.
J’ai vraiment besoin d’un traducteur anglais pour mon prochain projet. J’ai pensé à le lui demander mais elle n’a pas Internet, évidemment, je ne pouvais pas non plus l’entrainer de l’autre côté de la Roumanie juste pour moi.

Le ciel était bleu. L’espace ressemble parfois à un marécage sans fond.
J’ai eu l’image d’un dé énorme jeté du ciel et décidant du sort de nous tous.

Je n’ai pas personnellement eu l’impression que c’était une arnaque. De toute façon, à présent tout le monde peut tomber dans cette “boue”.
Certains essayent de l’ignorer totalement. Certains tentent d’affirmer que c’est une arnaque. Je frémis seulement à l’idée de les voir tomber dans cette boue et j’ai jeté quelques graines dedans dans l’espoir qu’elles deviennent forêt un jour. J’ai été choqué comme si j’avais reçu un seau d’eau froide sur la tête.
et j’ai été choqué comme avec un seau de glace quand j’ai réalisé que c’est exactement la même réaction lorsque les gens découvrent la réalité sur l’industrie nucléaire et sur ce qui se passe dans le Fukushima d’après.

↓ La clôture et le “coussin”.

[Column] The same reaction

↓ Ce qu’on voyait de là où elles étaient.

2 [Column] The same reaction

Merci de penser à un don
Vos dons vont être utilisés pour :
La procédure légale d’enregistrement du siège de Fukushima Diary. (320 USD)
Pour l’instant, 202 USD collectés.

Categories: Column

About Author