[Column] The way I took Moscow~ Vienna~Munich

To get my health back, to escape from the anticipated fascism rising in Japan, and to reduce the size of the country by one person (=me), I left my country in December 2011.
Visited Moscow for transit like someone right now, and I landed on Vienna after mid-night.
The airplane was small like a bus after Moscow. The guy sitting next to me was friendly and told me about his first travel overseas. The guy in 60s was almost the first person I talked after leaving Japan.
The reason why I landed on Vienna was because Japanese can stay there for 6 months without a visa. Vienna has a lot of institute related to UN.
Vienna airport was more like my hometown than Moscow. It smelled like human. It was my first adventure to get out of the airport and get a taxi. The first air of Europe was painfully cold.

The hotel I booked through a Japanese agency was different from what I saw in the picture. lol
I couldn’t believe I was outside of Japan by myself. Nobody tells me where to go, what to do. The only thing I can reply on was my laptop. It’s the second hand with a crack on the screen. I bought it for 200$ in Akihabara a few weeks before the departure.
In the morning, I managed to get to the station and took a train to Paris. I didn’t even know how to open the door of the train. For me, it was the first train that I had to open by myself.
It takes about 6 hours from Vienna to Munich. There was no passport control for some reason. I always felt like I was doing something bad.
The train was clean and new but the atmosphere was very different from Japan. The 2 women in my behind kept on talking on the phone for 6 hours. The stopped talking only when they ate apples taking out of the bag.
In the wagon, 80% of the passengers were students. Maybe they are thinking they were travelling the world. but they have home to go back. This is a big difference.

Arrived at Munich. It looked more chaotic for me at that time. A lot of shops, bars, restaurants. It reminded me of when I was taken to the downtown of Yokohama for the first time.
My highest priority was not to be lost.
I had 3 hours till the next departure to Paris. I wasn’t so hungry but went into a bar. The waitress was Asian. I asked her where she was from. She bluntly told me “Vietnam”. I felt so different from Japan again.
I wanted to use wifi but it asked me to send SMS etc.. No wonder I didn’t have a mobile phone. I couldn’t rely on my only friend -laptop.

There were 2 other people in the bar. They looked a little bit older than me but young anyway. They looked more used to travelling. Nobody gave me a damn.

The train came to the station. It was old, rusty, and inside looked darker than night. It must be absolutely my train but it read “To Amsterdam”, where it should be “To Paris”.
As I was trying to confirm the notice was correctly wrong, a girl came into the compartment. She was the one in the same bar. We were both unsure, but the doors closed and started.

I talked to her. She said she was from Serbia or somewhere. We talked about Chernobyl and Fukushima, and why I was in the compartment.
She told me I was worried too much. I knew she didn’t know what I was worried about too much.
We both lay on the seats. She went for the toilet and came back after washing off the makeup. I was supposed to be sleeping and not to witness anything.
2 days passed since I left Japan. Is this the end of my life or the beginning of my life ?
I heard the noise of someone went to the toilet and came back with makeup. It was already morning. It was a discovery that I can sleep anywhere.
I got up and looked out the window. It was a misty grass field and the hills. I checked the inside of my pockets. Nothing was stolen. Suitcase of all of my property was beside my seat as well.
She gave me tomatoes and apples for breakfast but I was having a stomachache. I wasn’t fully recovered yet.

 

 

Fukushima Diary plans to research Svalbard as a temporary / permanent shelter. It will be in one month from now but there is least budget now. The planned term is 2 weeks. The estimate is 5,000 €. It would be a great help if you consider supporting it.
Thank you.

—–

Japanese can stay as long as they need without visa and any equivalent certificate in Svalbard island (North of Norway). They can come and stay with no legal restriction. In order to research the place, proper equipment is necessary.

Your next support will be spent on the down jacket and pants. Goal : 300$
So far : 0$

_____

Français :

[Édito] Ma route Moscou~ Vienne – Munich

 

Pour retrouver ma santé, pour fuir une montée anticipée du fascisme au Japon et pour réduire la taille du pays d’une personne ()moi), j’ai quitté mon pays en décembre 2011.
J’ai visité Moscou en transit comme n’importe qui maintenant et j’ai atterri à Vienne après minuit.
Après Moscou, l’avion était aussi petit qu’un bus. Le mec assis à côté de moi était amical et me parlait de son premier voyage à l’étranger. Il avait la soixantaine et il était pratiquement la première personne à qui je parlais depuis mon départ du Japon.
La raison de ma venue à Vienne était que les japonais peuvent y rester pendant 6 mois sans visa. Vienne est riche en institutions des Nations Unies.
L’aéroport de Vienne ressemblait plus à celui de ma ville natale qu’à Moscou. Ça avait l’air presque humain. Ça a été ma première aventure que de sortir de l’aéroport et de prendre un taxi. Mon premier air d’Europe était douloureusement froid.

l’hôtel que j’avais réservé dans une agence japonaise était différent de ce que j’en avais vu sur la photo. lol
Je n’arrivais pas à croire que j’étais sorti du Japon par moi-même. Personne pour me dire où aller, quoi faire. Le seul objet par lequel je pouvais répondre était mon ordinateur portable. Il est d’occasion avec une fêlure sur l’écran. Je l’avais acheté 200$ à Akihabara quelques semaines avant mon départ.
Au matin, j’ai réussi à aller à la gare et à prendre un train pour Paris. Je ne savais même pas comment on ouvre la porte d’un train. C’était pour moi le premier train que je devais ouvrir moi-même.
ll a fallu environ 6 heures pour aller de Vienne à Munich. Il n’y a pas eu de contrôle de passeport. J’avais toujours l’impression de faire quelque chose de mauvais.
Le train était propre et neuf mais l’ambiance était très différente du Japon. Les 2 femmes devant moi ont téléphoné sans arrêt pendant 6 heures. Elles n’ont arrêté de parler que pour manger des pommes prises dans leur sac.
80% des passagers étaient des élèves dans ce wagon. Ils pensaient peut-être voyager à travers le monde mais ils avaient une maison où retourner. Ça fait une sacrée différence.

Arrivé à Munich. Ça me semblait plus chaotique à cette époque. Beaucoup de magasins, bars, restaurants. Ça me rappelait quand on m’avait descendu pour la première fois en ville à Yokohama.
Ma plus haute priorité était de ne pas me perdre.
J’avais 3 heures avant le prochain départ pour Paris. Je n’avais pas vraiment faim mais je suis entré dans un bar. La serveuse était asiatique. Je lui ai demandé d’où elle venait. Elle m’a répondu simplement “Vietnam”. Je le ressentais à nouveau si différent du Japon.
J’ai voulu utiliser le wifi mais ça me demandait d’envoyer un SMS, etc.. Évidemment, je n’avais pas de téléphone mobile. Je ne pouvais pas m’appuyer sur mon seul ami – mon portable.

Il y avait 2 autres personnes dans le bar. Ils avaient l’air un petit peu plus vieux que moi mais jeunes quand même. Ils semblaient avoir plus l’habitude de voyager. Personne le s’est soucié de moi.

Un train est entré en gare. Il était vieux, rouillé et l’intérieur avait l’air plus noir que la nuit. Ça devait vraiment être mon train mais on lisait “Vers Amsterdam” là où on aurait du avoir “Vers Paris”.
Pendant que j’essayais de savoir si la pancarte était correctement fausse, une fille est entrée dans le compartiment. C’était celle du bar. On n’était pas certains tous les deux mais les portes se sont fermées et le train a démarré.

Je lui ai parlé. Elle disait venir de Serbie ou quelque chose comme ça. On a parlé de Tchernobyl et de Fukushima, et de pourquoi j’étais dans ce compartiment.
Elle m’a dit que je m’inquiétais trop. Je savais qu’elle ne savais pas vraiment ce qui m’inquiétait trop.
On s’est allongés sur les sièges tous les deux. Elle est allé aux toilettes et elle est revenue après avoir retiré son maquillage. J’étais supposé dormir et ne rien voir.
2 jours étaient passés depuis que j’avais quitté le Japon. Est-ce la fin ou le début de ma vie ?
J’ai entendu le bruit de quelqu’un allant aux toilettes et qui en revint maquillée. C’était déjà le matin. C’était une découverte que je puisse dormir partout.
Je me suis levé et j’ai regardé par la fenêtre. Il y avait un champ de verdure embrumé et des collines. J’ai vérifié le contenu de mes poches. Rien de volé. Ma valise avec tous mes biens était aussi à côté de mon siège.
Elle m’a donné des tomates et des pommes pour petit déjeuner mais j’avais mal au ventre. Je n’étais pas encore complètement guéri.

 

Les japonais peuvent rester sur l’île de Svalbard (Nord de la Norvège) autant qu’ils veulent et sans visa ou équivalent. Ils peuvent venir et rester dans aucune restriction juridique. Un équipement adapté est nécessaire pour prospecter l’endroit.

Vos prochains soutiens seront dépensés en veste et pantalons. But : 300$
Acquis : 33$

Categories: Column

About Author