Upsurge of phytoplankton observed near the Japan deep after 311, dragged fallout down to 7300m deep in the Pacific

According to Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology, Cs-134 was detected from 7300m deep in the Pacific only 4 months after the Fukushima nuclear accident.

The location is in approximately 115km east from the epicenter, 4.9km east from the trench axis of the Japan Deep.

From their press release of 5/29/2013, 20 Bq/Kg of Cs-134 was measured from the the sea ground sediment (0~1cm depth) in July of 2011. It proves the Fukushima contamination reached 7300m deep in the Pacific detecting Cs-134.

They observed the upsurge of phytoplankton around the Japan deep from late March to early April in 2011. They assume Cs-134 fell down with the mass of marine snow.

Also, at the point of 110km east from the epicenter, they observed the local strong current with a certain direction. Due to this strong current, dead bodies of sea creatures and the sorts of fish that can’t fix themselves at one location were carried to the deeper area. Almost no living benthos was found.

At both of the 110km area and 115km area, they observed mineral particles causing seawater extraordinary unclear. The thickness of the unclear layers were 30m and 50m in each.

 

http://www.jamstec.go.jp/j/about/press_release/20130529/

 

 

The real problem behind Fukushima accident was “Everyone wanted a LIE.”
Fukushima accident was physically an end. However, it was socially nothing but a check point. As time passes, it’s becoming clear.
By taking advantage of their old brand as “hardworking and honest”, they were depraved to blind themselves from reality.
Media blackout can’t stand without the demand.
By sacrificing the long-term benefit, they will increasingly seek short-term benefit. We don’t have a long way to convergent point.
Not to mention, Fukushima Diary says No to it, anytime, anywhere.

_____

Français :

Les remontées de phytoplancton observées après le 11-3 dans le Pacifique près de la fosse du Japon révèlent que les retombées ont été emportées à 7 300m de fond

 

Selon la Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology, du césium 134 a été relevé à 7 300 m de profondeur dans le Pacifique 4 mois seulement après l’accident nucléaire de Fukushima.

C’était à approximativement 115 km à l’Est de l’épicentre, à 4,9 km à l’Est de l’axe de la fosse océanique du Japon.

Selon leur publication du 29 mai 2013, 20 Bq/kg de Cs 134 a été relevé en juillet 2011 dans les sédiments du fond marin (sur une épaisseur de 0 à 1 cm). Ça prouve que la contamination de Fukushima en césium 134 détectable avait atteint les 7 300m de profondeur dans le Pacifique.

Ils ont observé les remontées du phytoplancton autour de la fosse océanique du Japon entre fin mars et début avril 2011. Ils supposent que le césium 134 est descendu au fond par la pluie de sédiments marins.

De plus, au niveau du point à 110 km à l’Est de l’épicentre, ils ont observé un fort courant local orienté. Les cadavres des créatures marines et des espèces de poissons qui ne peuvent pas s’accrocher ont été emportés vers les grands fonds par ce fort courant. Il n’y avait pratiquement pas de benthos vivant.

Au niveau des deux points à 110 km et 115 km, ils ont observé que les particules minérales provoquaient une extraordinaire turbidité. L’épaisseur des couches opaques étaient de 30 et 50 m pour les deux.

http://www.jamstec.go.jp/j/about/press_release/20130529/

 

Derrière l’accident de Fukushima le vrai problème était que “Tout le monde voulait du MENSONGE”.
L’accident de Fukushima était physiquement une fin. Socialement cependant, ce n’était rien d’autre qu’un point de passage. Plus le temps passe, plus c’est clair.
Ils se sont pervertis eux-mêmes en s’aveuglant contre la réalité en se cachant derrière leur ancienne image de marque de “travailleurs honnêtes”.
La censure médiatique ne tient pas sans demande.
Ils vont de plus en plus chercher des avantages à court-terme en sacrifiant le long terme. Nous ne sommes plus très loin du point de convergence.
Il va sans dire que le Fukushima Diary le refuse, en tout temps et en tout lieu.

Categories: Food contamination

About Author