Special Rapporteur of Human Rights Council UN “Urine and blood test for internal exposure should be conducted”

On 5/24/2013, advance unedited version of the Special Rapporteur from Human Rights Council UN was released.

The Special Rapporteur, Anand Grover visited Japan from 11/15 to 11/26/2012.

In this report, the Special Rapporteur encourages the Government of Japan to address a number of serious challenges with recommendations.

As one of the recommendations, he suggested to conduct the urine and blood test for internal exposure of Strontium which can cause Leukemia. Also, he suggested to lower the permissible limit of radionuclides in food for consumption and conduct the pregnancy and birth survey.

He also regrets that Japanese government should have distributed stable iodine promptly after Fukushima accident.

 

Comprehensive health management survey
33. The comprehensive survey seeks to review health information, assess the incidence
of various diseases and improve the health status of the respondents. The target population
is restricted to residents of the evacuation zone specified by the government and residents
of Yamakiya in Kawamata-machi, Namie-mach and Iitate-mura. Due to high levels of
contamination in the soil, water and foodstuff, including marine life, there is a possibility of
internal irradiation. Following the Chernobyl accident, increased morbidity due to
diseases of the endocrine, haematopoietic, circulatory and digestive systems have been
found among those affected.
The comprehensive health management survey should
therefore include check-ups for internal radiation exposure. Radioactive caesium has
already been found in urine samples of people as young as 8 years old in Japan. However,

the survey does not include urine tests for people under the age of 16 years. Tests should
also be conducted to check for radioactive strontium as it presents a large risk for internal
radiation exposure via ingestion of contaminated agricultural crops and can cause
leukaemia.
34. The Special Rapporteur was informed that whole-body counters, used for measuring
internal exposure to gamma radiation, are not available in healthcare facilities throughout
Fukushima prefecture, as required.
35. The Special Rapporteur commends the Government for lowering the permissible
limit of radionuclides in food for consumption. Careful scientific sampling is important to
measure radioactivity in food. He however notes dissatisfaction among people about
government sampling and preferred community measurement centres. It is important that
the Government take steps in bridging the trust deficit with the people of Japan.

Pregnancy and birth survey
41. The obligation to respect, protect and fulfil the right to health is a continuous
obligation and extends to progeny. The pregnancy and birth survey, however, is based on
the assumption that the Chernobyl accident did not significantly increase child anomalies or
foetal deaths. The survey includes antenatal health, delivery records and mental health of
women. It does not include a provision to either monitor the health of the foetus or the
health of the child after birth. With a view to ensuring the highest standard of physical and
mental health, the Special Rapporteur encourages the Government to revise the survey and
take into account studies, which have linked in utero radiation exposure with mental

disability.

Further, the Government should explore the still unclear relation between inutero exposure and leukaemia.

 

Distribution of iodine prophylaxis

21. Regrettably, the Government did not give prompt orders for administering stable
iodine after the nuclear accident. Even though some municipal authorities had stocks of
stable iodine, they were not distributed. Some municipalities, such as Futaba and Tomioka,
distributed stable iodine without orders from the Government. During the meeting with
officials of the Fukushima Medical University, the Special Rapporteur learnt that the
decision to administer stable iodine had been delayed because of apprehension of potential
harmful side effects that iodine prophylaxis could cause. However, it is an accepted
position in radiological medicine that even where the absorbed dose is less than 100mGy,
stable iodine should be administered, as it does not entail any significant health hazards.

 

http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/HRCouncil/RegularSession/Session23/A-HRC-23-41-Add3_en.pdf

 

 

Thank you for your support.
Now your donation will be spent on the next research for the possibile Japanese village in Romania. 560€
At this moment, 445 € to go.

_____

Français :

Le Rapporteur Spécial des Droits de l’Homme du Conseil de l’ONU : “Des examens urinaires et sanguins sur l’exposition interne devraient être effectués”

 

Le 24 mai 2013, une version préliminaire du rapport du Rapporteur Spécial des Droits de l’Homme à l’ONU est publiée.

Le Rapporteur Spécial, M. Anand Grover, a visité le Japon du 15 au 26 novembre 2012. Dans ce rapport, il encourage le Gouvernement du Japon à relever des défis graves et donne des recommandations. Parmi ses recommandations, il suggère de procéder à des examens d’urine et de sang de recherche d’exposition interne au strontium qui peut provoquer des leucémies. Il suggère également de baisser la limite admissible des radionucléides dans les aliments à consommer et de procéder à des enquêtes sur les grossesses et les naissances.
Il regrette que le gouvernement japonais n’ait pas distribué d’iode stable rapidement après l’accident de Fukushima.

 

Enquête sur la gestion globale de la santé

33. L’enquête approfondie vise à examiner les informations de santé, à évaluer l’incidence de diverses maladies et à améliorer l’état de santé des répondants. La population cible est restreinte aux habitants de la zone d’évacuation spécifiée par le gouvernement et à ceux de Yamakiya à Kawamata-machi, Namie-machi et Iitate-mura. A cause des niveaux élevés de contamination du sol, de l’eau et des produits alimentaires, y compris la vie marine, l’irradiation interne est possible. Après l’accident de Tchernobyl, l’augmentation de la mortalité due aux maladies des systèmes endocrinien, hématopoïétique, circulatoire et digestif a été constatée chez ceux touchés.
Une enquête complète de gestion de santé doit donc inclure des contrôles de l’exposition au rayonnement interne. Au Japon, du césium radioactif a déjà été trouvé dans des échantillons d’urine d’enfants de 8 ans seulement. Or, les examens systématiques n’incluent pas de tests d’urine pour les personnes de moins de 16 ans. Des examens devraient également être effectués pour rechercher le strontium radioactif car il présente un grand risque d’exposition interne au rayonnement par ingestion de produits agricoles contaminés et le strontium peut provoquer des leucémies.
34. Le Rapporteur spécial a été informé que les compteurs du corps entier, utilisés pour mesurer l’exposition interne aux rayonnements gamma, ne sont pas disponibles dans les établissements de santé de la préfecture de Fukushima, contrairement aux exigences.
35. Le Rapporteur spécial recommande au gouvernement de réduire la limite tolérable des radionucléides dans les aliments destinés à la consommation. De minutieux échantillonnages scientifiques mesurant la radioactivité des aliments sont importants. Il note cependant la défiance des gens envers les mesures gouvernementales et leur préférence pour les mesures faites par la collectivité. Il est important que le gouvernement prenne des mesures pour combler son déficit de confiance de la part du peuple japonais.

Enquêtes sur les grossesses et naissances

41. L’obligation de respecter, protéger et satisfaire le droit à la santé est une obligation permanente et s’étend à la descendance. Les enquêtes de grossesses et naissances (actuelles) sont cependant basées sur l’hypothèse que l’accident de Tchernobyl n’a pas significativement augmenté les anomalies infantiles ou les fausses-couches. Ces enquêtes incluent la surveillance prénatale, les dossiers d’accouchement et la santé mentale des mères. Elles n’incluent pas de disposition pour surveiller la santé du foetus ou de l’enfant après sa naissance. En vue d’assurer le plus haut niveau de santé physique et mentale, le Rapporteur Spécial encourage le gouvernement à réviser ces enquêtes et à prendre en compte les études liant les expositions aux rayonnements in-utero aux handicaps mentaux.

En outre, le gouvernement devrait étudier la relation toujours ignorée entre l’exposition in-utero et les leucémies.
Répartition de la prophylaxie par l’iode

21. Le gouvernement n’a malheureusement pas donné d’ordre rapide d’administration d’iode stable après l’accident nucléaire. Même si certaines autorités municipales avaient des stocks d’iode stable, ils n’ont pas été distribués. Certaines municipalités, comme Futaba et Tomioka, ont distribué de l’iode stable en l’absence d’ordres du gouvernement. Lors de la réunion avec les responsables de l’université médicale de Fukushima, le Rapporteur Spécial a appris que la décision d’administrer l’iode stable a été retardée à cause de l’appréhension d’effets secondaires nocifs potentiels que la prophylaxie par l’iode aurait pu occasionner. Il est cependant accepté par la médecine radiologique que même lorsque la dose absorbée est inférieure à 100 mGy, de l’iode stable doit être administré car il n’entraîne pas de risques importants pour la santé.

http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/HRCouncil/RegularSession/Session23/A-HRC-23-41-Add3_en.pdf

Merci pour votre soutien.
A présent vos dons seront consacrés à la recherche suivante : la faisabilité d’un village japonais en Roumanie. (560 €)
Pour l’instant, il manque 445 €.

About Author