Cs-134/137 detected from zooplankton and seawater at over 10 locations of the Pacific, “Even from 2100km”

On 5/21/2013, Fukushima Diary reported “Meteorological Research Institute, “Cs-134/137 going deeper under ocean due to the subduction of winter” [URL]”

Another researching group reported about “Horizontal distribution of Fukushima-derived radiocesium in zooplankton in the northwestern Pacific Ocean” in Japan Geoscience Union Meeting 2013 as well.

The researching group consists of Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology, and NOAA.

According to their study, Cs-134/137 were detected from zooplankton and seawater at over 10 locations of the Pacific Ocean.

The sampling locations were 500~2100km from Fukushima nuclear plant. The sampling date was 10 months after the accident.

Because Cs-134 was detected, it was surely from Fukushima nuclear accident.

They reported this below,

The magnitude of the 9.0 Tohoku earthquake and the ensuing tsunami on March 11, 2011, inflicted heavy damage on the Fukushima Dai-ichi nuclear power plant (FDNPP). Fission products were emitted, falling over a broad range in the northern hemisphere, and water contaminated with radionuclides leaked into the ocean. In this study, we described the horizontal distribution of the Fukushima-derived radiocesium in zooplankton and in surface seawater in the western North Pacific Ocean (500-2100km from the FDNPP) 10 months after the accident. 134Cs and 137Cs were detected in all zooplankton and seawater samples.
Because of its short half-lives, 134Cs detected in our samples could only be derived from the FDNPP accident. The radiocesium concentrations in zooplankton were high at around 25N while those in surface seawater were high at around the transition area between the Kuroshio and the Oyashio Currents (36-40N). We analyzed the structure of the zooplankton communities but could
not find out evidence which biological factors (taxa composition and relative biomass of carnivores) influenced 137Cs concentration in bulk zooplankton. Zooplankton communities contaminated with the Fukushima-derived radiocesium included many kinds of diel vertical migratory species. These migrants were exposed to higher concentrations of radiocesium while feeding at night in the ocean surface; however, exposure to contamination was lower as these species swam in the deeper mesopelagic layer during the day. In the subtropical region, 20-60% of krill and 3-36% of copepods on abundance basis were diel vertical migrants. On the other hand, 80-100% of krill and 77-88% of copepods were the migrants in the transition and the subarctic regions. Accumulated radiocesium in the migrant bodies are transported and may be taken into the mesopelagic food web.

 

http://www2.jpgu.org/meeting/2013/session/PDF/M-AG35/MAG35-06_E.pdf

http://www2.jpgu.org/meeting/2013/session/PDF/M-AG35/MAG35-06.pdf

http://www2.jpgu.org/meeting/2013/session/M-AG35.html

 

 

Thank you for your support.
Now your donation will be spent on the next research for the possibile Japanese village in Romania. (560€)
At this moment, 471 € to go.

_____

Français :

Du césium 134 et 137 relevé dans le zooplancton et l’eau de mer en plus de 10 points du Pacifique : “même à 2 100 km”

 

Le 21 mai 2013, le Fukushima Diary publiait L’Institut de Recherches Météorologiques : Le Cs 134/137 descend plus loin sous l’océan à cause de la subduction hivernale

Une autre équipe de recherche a publié dans ce même “Japan Geoscience Union Meeting 2013” un article sur “La répartition horizontale du radiocésium dérivant de Fukushima dans le zooplancton de l’océan Pacifique Nord-Ouest” .
L’équipe de recherche est constituée par la Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology, et le NOAA.
Selon leur étude, les césium 134/137 ont été relevés dans le zooplancton et l’eau de mer en 10 points de l’océan Pacifique.
Ces points se répartissent à entre 500 et 2 100 km de la centrale nucléaire de Fukushima. Les échantillons ont été pris 10 mois après l’accident.
Comme il y a du césium 134, c’est forcément celui de l’accident nucléaire de Fukushima.
Ils le rapportent ainsi :

Le séisme du 11 mars 2011 de magnitude 9,0 de Tohoku et le tsunami résultant ont infligé des dommages sévères à la centrale nucléaire électrique de Fukushima Dai-ichi (FDNPP). Des produits de fission en ont été dispersés, retombant sur une large région de l’hémisphère nord et de l’eau contaminée par des radionucléides a fui dans l’océan. Dans cette étude, nous décrivons la répartition horizontale dans le zooplancton et l’eau de mer du radio-césium issu de Fukushima (entre 500 et 2 100 km de la FDNPP) 10 mois après l’accident. Le Cs134 et le Cs137 ont été relevés dans tous les échantillons d’eau de mer et de zooplancton.
A cause de sa période courte le Cs 134 relevé dans nos échantillons provient forcément de l’accident de la FDNPP. Les concentrations en radio-césium  du zooplancton étaient élevées vers 25°N alors que celles des eaux de surface l’étaient aux environs de la région de transition entre les courants de Kuroshio et d’Oyashio (36-40°N). Nous avons analysé la structure des communautés de zooplancton mais nous n’avons pas trouvé de preuve de lien entre les facteurs biologiques (composition des taxons et biomasse relative des carnivores) et la concentration en Cs 137 dans la masse du zooplancton. Les communautés de zooplancton contaminées par le césium issu de Fukushima contiennent beaucoup d’espèces migrant verticalement le jour . Ces migrateurs ont été exposés à des concentrations en radio-césium plus élevées pendant leur gagnage nocturne à la surface de l’océan; l’exposition à la contamination a été plus faible lorsque ces espèces nageaient dans la couche mésopélagique plus profonde pendant la journée . Sur la base de leur abondance, 20 à 60 % du krill et de 3 à 36 % des copépodes sont des migrateurs verticaux circadiens dans la région subtropicale. D’un autre côté, de 80 à 100 % du krill et de 77 à 88 % des copépodes sont migrateurs dans les régions sub-arctique et de transition. Le radio-césium accumulé dans les corps des migrateurs est ainsi transporté et peut être incorporé dans le réseau trophique mésopélagique.

 

http://www2.jpgu.org/meeting/2013/session/PDF/M-AG35/MAG35-06_E.pdf
http://www2.jpgu.org/meeting/2013/session/PDF/M-AG35/MAG35-06.pdf
http://www2.jpgu.org/meeting/2013/session/M-AG35.html

Merci pour votre soutien.
A présent vos dons seront consacrés à la recherche suivante : la faisabilité d’un village japonais en Roumanie. (560 €)
Pour l’instant, il manque 471 €.

Categories: Sea contamination

About Author