[Column] The reason why I published only one article today -Invited by BBC and given 0 sec to talk on the radio show

In the quiet morning of 8/21/2013, I was communicating with my readers on Twitter.

Suddenly a lady talked to me if I can be on BBC at 19:30 in JST.

 

After nearly 2 years blank, BBC and some other international media are coming back to cover Fukushima.
Since this morning, BBC has been featuring the latest leakage of 300m3 water.

 

I talked to her on the phone and we arranged the schedule. She was supposed to call me in 2 hours from that time.

 

She was nice and professional. She asked me what I think about the leakage. I answered this is only the beginning.
When she asked me if I trust what government says, I laughed and said obviously no. She asked me why.
I was “Because the government has been saying no meltdown, no meltout was going on. There is no short term health effect etc. Then last year, the chief cabinet secretary of Japan said they didn’t announce Fukushima was having meltdown because he thought everyone was already aware of it.”.

 

She said, “Sure.”.

 

It was the radio show “World Have Your Say [URL]”.
We had 30 mins. Japanese commentators found each other on Twitter and we waited for them to call me.
I was supposed to talk on the phone.

 

It was my routine time to research and write articles, but in order to perform my best on the show, I spent the time on organizing data and simulate the conversation to provide as detailed information as possible. I admired BBC to look for the truth and try to broadcast as wide opinion as possible.

 

I found the program relatively fair in the beginning except for the “coughing” on the background. (Is it normal to catch someone’s coughing on the radio show of BBC ?)
and they started leaning to the “safer” side as it went toward the end.

 

20 mins have passed but still I had no phone call.
I wondered if they don’t have everyone talk on the show, but all the other people seem to have a talk.

 

5 mins before the end, finally I got the phone call. It was the lady.
I might have misheard but I think she asked me “Do you have any point of view to be asked?”.
I didn’t really get what she meant. I said, “Cynical, just as always.”.
She said, “Ok, I hope you to have a chance to talk”.

 

My phone was connected to the studio.
“The expert” kept on talking.
Said, “Fukushima is much much smaller than Chernobyl. You can’t compare.”

 

then I heard the ending music. I was given 0 question to answer.

 

I was passed to the lady, she was “I’m sorry, it’s finished. If you have the next chance..”.

 

This is why you read only one article today.
In the middle of the program, another commentator, who is a film director, was asked
“From what source those mothers in Fukushima get informed ?”
Looking back the program, I think it was supposed to be the time to get me in the studio.

 

but I wasn’t connected.

 

It was quite an interesting and sad experience.
I dare not to say they didn’t want to get me to talk because I have the anti-nuclear point of view and they found me too radical.
If they didn’t want to have my talk on the show, they wouldn’t have invited me from the beginning.
If I was a producer and wanted my talk on the show, I would invite someone like me just before the program and let him show his opinion in the last minute hoping for no interrupt.

 

In the first phone call with the lady, she said they want to talk about the leakage in Fukushima.
I said, “Which leakage?” because there are at least 5 potential leakages suspected in Fukushima nuclear plant.
but then she stopped “… Which ??”

 

If other programs are made that way too, each program must make someone like me all the time.
This is what you hear and watch.

 

 

You can ignore the truth but the truth won’t ignore you.

_____

Français :

[Édito] Pourquoi je ne publie qu’un seul article aujourd’hui : Invité par la  BBC, je n’ai pas pu parler à la radio

 

En ce matin tranquille du 21 août 2013, je communiquais avec mes lecteurs sur Twitter.

Une dame m’a soudain demandé si je pouvais être à la BBC à 19:30 JST.

Après pratiquement 2 ans de silence, la BBC et quelques autres médias internationaux reviennent couvrir Fukushima.
La BBC mettait en avant la dernière fuite de 300 m³ d’eau depuis ce matin.

Je l’ai eue au téléphone et  on s’est mis d’accord sur le planning. Elle devait me rappeler dans les 2 heures.

Elle était bien et professionnelle. Elle m’a demandé ce que je pensais sur la fuite. Je lui ai répondu que ce n’était qu’un début.
J’ai rit lorsqu’elle m’a demandé si je croyais ce que disait le gouvernement et j’ai répondu qu’évidemment non. Elle m’a demandé pourquoi.
J’ai répondu “parce que le gouvernement avait dit qu’il n’y avait pas de fusion nucléaire, pas de fusion en cours, qu’il n’y aurait aucun effet sur la santé à court terme, etc. Puis, l’an dernier, le chef du secrétariat du cabinet du Japon a dit qu’ils n’avaient pas annoncé les fusions de Fukushima parce qu’ils pensaient que tout le monde le savait déjà.”

Elle a répondu “Evidemment.”

C’était pour l’émission radio  “World Have Your Say “.
On avait 30 mins. Les commentateurs japonais se sont retrouvés sur Twitter et on a attendu qu’ils m’appellent.
J’étais supposé parler au téléphone.

C’était au moment habituel où je cherche et écris mes articles mais pour être au mieux pendant l’émission, j’ai pris le temps d’organiser et de préparer la conversation à la place pour donner des informations aussi détaillées que possible. J’ai considéré que la BBC cherchait la vérité et essayait de diffuser les avis les plus divers possible.

J’ai trouvé le programme relativement équitable au début hormis les “toux” en bruit de fond. (Est-il normal d’avoir des gens qui toussent pendant les émissions de radio à la BBC ?)
et ils ont abordé le côté “plus sûr” vers la fin.

20 mins sont passées sans que je reçoive un appel.
Je me suis demandé s’ils avaient fait parler tout le monde et tous les autres semblaient l’être.

5 mins avant la fin, j’ai enfin reçu un appel. C’était la dame.
J’ai peut-être mal entendu mais j’ai pensé qu’elle me demandait “Voulez-vous être interrogé sur un point particulier ?”
Je n’ai pas vraiment compris ce qu’elle voulait. J’ai répondu “cynique, comme d’habitude”.
Elle a répondu, “Ok, j’espère que vous aurez une chance de parler.”

Mon téléphone était relié au studio.
“L’expert” a continué de parler.
Il a dit “Fukushima est bien plus mineur que Tchernobyl. On ne peut pas les comparer”.

ensuite j’ai entendu le générique de fin. On ne m’a posé aucune question.

On m’a passé la dame, elle m’a dit “Je suis désolée, c’est fini. La prochaine fois avec un peu plus de chance..”.

Voilà pourquoi vous n’avez qu’un seul article aujourd’hui.
Ils ont posé, au milieu de l’émission et à un autre commentateur qui est un directeur de films, la question
“Par quelle source ces mères de Fukushima restent-elles informées ?”
En revenant sur l’émission j’ai pensé que j’aurais du intervenir à ce moment-là.

mais je n’étais pas connecté.

Ça a été une expérience intéressante et triste.
Je n’ose pas dire qu’ils n’ont pas voulu me faire parler parce que j’ai un point de vue antinucléaire qu’ils trouvent trop radical.
S’ils n’avaient pas voulu de moi dans leur émission, ils ne m’auraient pas contacté dès le début.
Si j’étais un producteur voulant mon avis dans l’émission, j’inviterai quelqu’un comme moi juste avant la diffusion et j’essayerai de lui permettre de parler pendant la dernière minute en espérant qu’il ne soit pas interrompu.

Au premier appel, la dame disait vouloir parler de la fuite à Fukushima.
J’avais répondu “Laquelle, des fuites ?” parce qu’il y a sans doute au moins 5 fuites en cours dans la centrale nucléaire de Fukushima.
mais elle s’est arrêtée,  “Laquelle ??”

Si les autres émissions sont aussi montées comme ça, chacune doit systématiquement avoir quelqu’un comme moi.
C’est ça qu’on écoute et qu’on regarde.

 

Vous pouvez ignorer la vérité mais la vérité ne vous ignorera pas.

Categories: Column

About Author