About

Back to homepage About

Photo : On the flight to research Svalbard in November. 2013

 

 

3/11/2011 was a busy day for me.

I went to work at 7:30 in the morning to submit my something by 16:00.

Suddenly a huge quake hit my backbone in the afternoon. Power was down, PC was shut down and all of my work disappeared. but it was nothing compared to what happened to us afterwards.

I got home by foot because all the transportation was not working. I ignored my boss’s order to stay in the office because my intuition told me he didn’t understand what was happening.

The next day, I saw the reactor 1 exploded (on my screen). I immediately understood the world order has changed.

Everyone left Japan the next couple of days, except for those who can’t leave. I was one of the “can’ts”. I rented my apartment, I had my job in Japan, and I had my pets.

However I knew I couldn’t stay there.

Most of my friends and family members are still in Japan. What made us different was that I looked for the reasons to leave there, when they looked for the reasons to stay there.

In the complete mess of the information, I started looking for every piece of relevant information on the internet, and sharing it on Facebook with brief translation.

Why Facebook ? Because I wanted the world to know what Japanese government were doing for us.

Huge radioactive plume hit my hometown (Yokohama) on 3/15 and 3/16/2011, but they didn’t even tell us to stay home and keep the windows completely sealed. (Fortunately I felt something “frightening” in the early morning on 3/16/2011. I called in sick and stayed home all day long. I don’t know where that idea came from but that saved my potential medical expense after all.)

Moreover, variety of data support the possibility that Reactor 3 had nuclear explosion unlike Japanese government and Tepco denies.

I was banned from several Facebook groups because I “mongered fear”. Most of those group administrators were Japanese.

An Indian anti-nuclear group let me contribute to their website. My first column was featured by Dr. Helen Coldicott’s radio show. However the site was down because of Ddos attack half day after I posted things for them.

One week after the shut down of the Indian site, an American person let me contribute to her website.

She expected many Japanese people to write about their daily lives on the website, and it was named “Fukushima Diary”.

For some reason, nobody else wanted to write on it. I took it over one year later and this is what you are reading now.

Not to mention, it wasn’t the piece of cake to leave where you were born and lived for 28 years.

However it was becoming the matter of time.

I became sicker and sicker after the accident.

The first symptom was the incurable “hay fever”. It used to stop by the end of May until 2010.

However I had to keep using the anti allergy medicine until December, when I left Japan.

I didn’t know other people were having nosebleed that time. Maybe my allergy saved me in unexpected way such as having to wear a mask all the time.

The next symptom was the heart pain. I thought it was simply a muscle pain from working out too much. However it started lasting longer than ever, and it became the pain like having pencil sticking my heart continuously.

Then I started having persistent diarrhea, coughing and slight fever from August.

I seriously think I would have died if I stayed there. Yes, I found a thyroid nodule in July of 2011 too.

I couldn’t start packing until September of 2011 for the same reason why everybody stays in Japan. I still remember it was the night of 9/14/2011.

Watching the calendar, I asked myself if I would let myself slowly die from the lie of the government.

The answer was obviously no.

I swore to myself that I was going to take one month to decide where to go, and take the other month to prepare to go. and I wrote that on Fukushima Diary.

Fortunately, my destination was decided in the morning of 9/15/2011. I found tonnes of offers in the comment section.

I took 3 months to prepare leaving, and managed to get out of there in December of 2011.

When I left Japan, all I had was just a suitcase, second hand macbook, and 700 USD in my pocket.

Not much has changed but I’m still alive.

I was honest when I left there. I wrote that I was going to have to leave there because of the nuclear accident caused by Tepco, on the resignation letter to my company. I told that to the owner of my apartment, and also the public offices too. but I was told not to tell that to other people because it would disturb them. Of course I did. I have my freedom of speech, fcuk siht.

I travelled around 10 countries in 2012, and got kind of settled in Romania in the beginning of 2013, and incorporated Fukushima Diary there. Why Romania ? Because it’s cheap and everyone speaks good English. I must collaborate with many web engineers, lawyers, designers, translators, and have to rent an apartment for head office. Everything costs less than half but the quality is the same as western world.

Just come and see it if you doubt me. Especially the internet speed is fabulous for its cost. I decided to go to Romania when Romanian crackers attacked Fukushima Diary in 2012.

This website is the news publishing media of Fukushima Diary S.R.L. . Fukushima Diary S.R.L. also serves legal consultancy about immigration and offshore business for other Japanese to consider moving. Yes, it’s a researching company. I’m creating the future. This is why I’m not a refugee.

You won’t believe 99% of the articles on this website because you haven’t seen them on major media. Why they don’t cover it ? Because it’s too serious and their shareholders are nuclear industry.

In the summer of 2013, BBC contacted me to talk on their Radio show. I was waiting for their call during their show. However they never called me because their “specialist reporter” was kept on talking “Fukushima is not serious as Chernobyl” on and on not to let me speak. He was saying “He rowed his boat Fukushima offshore to confirm nothing was wrong.”. Probably he must be an alien to be able to visually see radioactive material. Alien was talking on BBC radio show.

This is the world you live in. At least 3 reactors had explosions and they still have to keep cooling. This is the difference from Chernobyl. In Chernobyl, it was only one explosion and settled a few months later. However Fukushima is still on-going. Nobody knows where the fuel is, how it is (molten ? burning ? scattered ?). There is no such technology to pick up the fuel, however the government of Japan is saying it would be settled in 40 years. No one knows where the number came from. Even if some genius invents the miracle technology in 40 years, the Pacific will be contaminated for 40 years till then because they keep cooling the reactors by water. Good bye Sushi, good bye sashimi.

I was accepting “Donation” from 2011 through PayPal. That was the only source of money for Fukushima Diary until PayPal closed my account in May of 2014. They still haven’t explained why, and all the donations from 2012 were taken up by them. I don’t even know if they are going to give it back to me some day. Yes, I called them 5 times a day. Not 5 times in total. 5 times a day. I even asked my lawyer to call them.

but their “customer support” doesn’t know anything. PayPal is controlled by the central computer like the world of Terminator.

So currently I have no means to accept donation or whatsoever except for bank, but I’m thinking that I could do something for the bank too.

This is me and this website. I’m writing this in a country of South Europe now to research the immigration and offshore business thingy.

 

 

Iori Mochizuki

Sunny day in July 2014

_____

Français :

A propos

 

Photo: Pendant le vol pour les recherches sur Svalbard, en novembre 2013.

 

Le 11 mars 2011 a été une journée bien remplie pour moi.

Je suis allé travailler à 7h30 du matin pour présenter mon quelque chose avant 16h00. Soudain, dans l’après-midi, un énorme tremblement de terre a secoué ma colonne vertébrale. L’électricité s’est coupée, le PC s’est éteint et tout mon travail a disparu mais ce n’était rien en comparaison de ce qui nous est arrivé après. Je suis rentré à pied parce qu’aucun moyen de transport ne fonctionnait plus. J’ai ignoré l’ordre de mon patron de rester au bureau parce que mon intuition me disait qu’il ne comprenait pas ce qui se passait.

Le lendemain j’ai vu que le réacteur n°1 avait explosé (sur mon écran). J’ai immédiatement compris que l’ordre des choses était changé pour le monde entier. Tout le monde a fui le Japon les jours suivants sauf ceux qui ne le pouvaient pas. J’étais l’un de ces “ne pouvaient pas”. Je louais mon appartement, j’avais mon travail au Japon et mes animaux de compagnie. Toutefois, je savais que je ne pouvais pas rester.

La plupart de mes amis et membres de ma famille sont encore au Japon. Ce qui fait notre différence, c’est que j’ai cherché les raisons d’en partir quand eux ont cherché celles d’y rester.

Dans le chaos complet des informations sur Internet, j’ai commencé à en chercher chaque brin pertinent et à les partager sur Facebook avec une brève traduction. Pourquoi Facebook ? Parce que je voulais que le monde entier sache ce que le gouvernement japonais était en train de nous faire subir.

Les 15 et 16 mars 2011, un panache radioactif énorme est tombé sur ma ville natale (Yokohama) mais ils ne nous ont même pas dit de rester à la maison et de garder les fenêtres bien complètement fermées. (Heureusement, j’avais senti “quelque chose d’effrayant” en tout début de matinée du 16 mars. J’ai appelé en me prétextant malade et je suis resté à la maison toute la journée. Je ne sais pas d’où cette idée m’est venue mais elle m’a probablement fait éviter quelques frais médicaux après tout). De plus, différentes données appuyaient la thèse que le réacteur 3 avait fait une explosion nucléaire contrairement à ce que le gouvernement japonais et Tepco prétendaient.

J’ai été banni de plusieurs groupes de Facebook parce que je “répandais la peur”. La plupart des administrateurs de ces groupes étaient japonais.

Un groupe anti-nucléaire indien m’a permis de contribuer à leur site web. Mon premier édito a été sélectionnée par l’émission de radio du Dr Helen Caldicott. Toutefois, le site est tombé d’une attaque en DDOS (déni de service) dans la demi-journée qui a suivi la publication de ce que j’avais fait pour eux.

Une semaine après la fermeture du site indien, une personne américaine M’a permis de contribuer à son site Web. Elle voulait que de nombreux Japonais viennent écrire sur leur vie quotidienne sur son site, et il a ainsi été nommé “Fukushima Diary”.

Sans raison apparente, personne d’autre que moi n’a voulu écrire chez elle. Plus d’un an après j’ai tout récupéré et c’est ce que vous lisez à présent.

Inutile de dire que ça n’a pas été du gâteau que de tout laisser là où on est né et où on a vécu pendant 28 ans. C’était cependant de plus en plus une question de temps. Je suis devenu de plus en plus malade après l’accident. Le premier symptôme a été un “incurable rhume des foins”. Il s’arrêtait habituellement fin mai jusqu’en 2010 mais j’ai du continuer d’utiliser des médicaments anti-allergiques jusqu’en décembre quand j’ai quitté le Japon. Je ne savais pas que d’autres personnes avaient des saignement de nez à cette époque. Peut-être que mon allergie m’a sauvé de manière inattendue, comme le fait d’avoir du porter un masque tout le temps.

Le symptôme suivant a été une douleur au cœur. Je pensais que c’était simplement une douleur musculaire parce que je travaillais trop. Or, ça a commencé à durer plus que jamais et c’est devenu aussi douloureux qu’avec un tournevis dedans en permanence.

Ensuite, à partir du mois d’août, j’ai commencé à avoir une diarrhée persistante, de la toux et une légère fièvre.

J’ai sérieusement pensé que j’allais mourir si je restais là. Ah, oui, aussi, en Juillet 2011, je me suis découvert un nodule à la thyroïde.

Je ne pouvais pas commencer à faire mes valises avant Septembre 2011 pour la même raison que celle qui fait que tout le monde est resté au Japon. Je me souviens encore les avoir faites dans la nuit du 14 septembre 2011.

En regardant le calendrier, je me suis demandé si je voulais me laisser mourir lentement du mensonge du gouvernement. La réponse a évidemment été non. Je me suis alors promis de prendre un mois pour décider où aller et un autre pour m’y préparer, et je l’ai écrit sur le Fukushima Diary.

Chance, ma destination a été décidée dans la matinée du 15 septembre 2011. J’avais trouvé des tonnes de propositions dans la section des commentaires. J’ai pris trois mois pour préparer mon départ et j’ai réussi à sortir de là en décembre 2011.

Quand j’ai quitté le Japon, tout ce que j’avais c’était juste une valise, un macbook d’occasion et 700 USD dans ma poche. Peu de choses ont changé mais je suis encore en vie.

Quand je suis parti de là-bas j’ai été honnête. Sur la lettre de démission de mon entreprise, j’ai écrit que je partais à cause de l’accident nucléaire provoqué par Tepco. Je l’ai dit aussi au propriétaire de mon appartement et aux administrations également mais on m’a répondu de ne pas le dire à d’autres personnes parce que ça pourrait les perturber. Je l’ai fait quand même, Bien sûr. J’ai ma liberté de parole, enluqués de dremer.

J’ai traversé 10 pays en 2012 et je me suis en quelque sorte installé en Roumanie au début de 2013, et j’y ai monté la Fukushima Diary SRL.

Pourquoi la Roumanie? Parce que c’est pas cher et tout le monde parle bien l’anglais. Je dois collaborer avec de nombreux ingénieurs, des avocats, web designers, traducteurs, et y louer un appartement pour le siège. Tout coûte moitié moins cher et la qualité est la même que celle du monde occidental. Il suffit de venir et de voir si vous ne me croyez pas. En particulier, la vitesse d’Internet est fabuleuse pour son prix.

J’ai décidé d’aller en Roumanie lorsque des hackers roumains ont attaqué le Fukushima Diary en 2012.

Ce site est le support d’édition des informations de la Fukushima Diary SRL. La Fukushima Diary SRL sert également de conseillier juridique à l’immigration et au travail à l’étranger pour les japonais qui envisagent de déménager. Oui, c’est une entreprise de recherche. Je crée l’avenir. C’est en ceci que je ne suis pas un réfugié.

Vous ne croirez pas 99 % des articles de ce site parce que vous ne les aurez pas vu repris sur ceux des grands médias. Pourquoi ne les reprennent-ils pas ? Parce que c’est trop sérieux et que leurs actionnaires sont dans l’industrie nucléaire.

À l’été 2013, la BBC m’a contacté pour parler dans une de leurs émissions de radio. J’ai attendu leur appel pendant tout leur show. Ils ne m’ont jamais appelé parce que “leur journaliste spécialiste” ne s’arrêtait plus de dire que “Fukushima n’est pas aussi grave que Tchernobyl” pour ne pas me laisser parler. Il a déclaré qu’il “avait été avec sont bateau au large de Fukushima pour confirmer que tout avait l’air normal.”. Il doit probablement être extra-terrestre pour être capable de voir la radioactivité de ses yeux. Un extra-terrestre a parlé au cours d’une émission de radio de la BBC.

Ça, c’est le monde dans lequel on vit. Au moins 3 réacteurs ont fait des explosions et ils auraient maintenu leur refroidissement sans aucune interruption. C’est différent de Tchernobyl. A Tchernobyl, il n’ y eu qu’une seule explosion et ça a été réglé quelques mois plus tard. À Fukushima c’est toujours en cours. Personne ne sait où se trouve le combustible, ni dans quel état il est (fondu ? brûlant ? dispersé ?). Il n’existe aucune technique permettant de ramasser ce combustible mais le gouvernement japonais affirme que ce sera réglé en 40 ans. Personne ne sait d’où sort ce chiffre. Même si quelque génie invente la technique miracle d’ici 40 ans, le Pacifique sera contaminé pendant 40 ans jusque-là parce qu’ils gardent un refroidissement à l’eau des réacteurs. Adieu sushi, adieu sashimi.

À partir de 2011 j’ai accepté des “dons” par PayPal. Ça a été la seule source d’argent pour le Fukushima Diary jusqu’à ce que PayPal ferme mon compte en mai 2014. Ils n’ont toujours pas expliqué pourquoi et ils retiennent toujours tous les dons reçus depuis 2012. Je ne sais même pas s’ils vont me les rendre un jour. Oui, je les ai appelés 5 fois par jour. Non 5 fois au total. 5 fois par jour. J’ai même demandé à mon avocat de les appeler. mais leur “support-clientèle” ne sait rien. PayPal est contrôlé par un ordinateur central comme le monde de Terminator.

Donc, actuellement, je n’ai aucun moyen d’accepter des dons ou quoi ce soit, hormis par la banque mais je réfléchis à ce que je pourrais faire avec la banque aussi.

C’est moi et ce site web. J’écris actuellement ceci dans un pays du Sud de l’Europe en cherchant les trucs sur l’immigration et le travail à l’étranger.

Iori Mochizuki
Par un jour ensoleillé de juillet 2014.