[Column] We don’t leave them dying

[Column] We don’t leave them dying

 

I think the molten fuel was scattered everywhere. Nobody is sure where exactly is. However one thing sure is some parts of it are in our own bodies and in animal bodies living in Japan.


It has been 5 years, but the slogan is still “40 years to Fukushima decommissioning”. The moment of decommissioning keeps escaping like mirage. Moreover, Hayashi, the minister of Economy said we do our best to complete Fukushima decommissioning in 40 years, but we don’t promise it will be done within 40 years.

NRA (Nuclear Regulation Authority) suggested to seek a way not to remove the molten fuel. The chairman of NRA even stated he is not interested in the frozen water wall underground. Muon proved none of the molten fuel is remaining above the ground.

We are all finally starting to realize what actually happened 5 years ago.
The 6th year will be the year when we must face the reality that we kept on trying to ignore. 



Immediately after Reactor 1 exploded, everyone who wanted the reason to stay in Japan, insisted it wasn’t a serious accident. They kept on going that way even when Reactor 3 exploded, Reactor 2 and 4 are busted. I started Fukushima Diary to prove they are wrong and now all the facts are starting to tell the truth by themselves. 


A few days ago, I adopted a cat. He went through a deadly car accident in the end of his (estimated) 4 years stray life and was found. The vet assumes he was hit, bended over by a car and rolled in a tire. but he was still alive. He got steel wire in his leg bone with one of his eye lid nearly broken and met me (*). I immediately decided to adopt him. Now he’s sleeping next to me. I couldn’t help relating him to myself. He got all his fur shaved in his lower half of body, and operation scar is remaining. He still can’t walk by himself so I need to take him to the toilet every few hours at night, but to me, his will to live is nearly the only thing to shine this world and every breath of him sounds like a miracle. He doesn’t look for a reason to die. He didn’t say “Even if I survive, I’d have to end up living on the street. I’d rather to die.”. He quietly chose to live and survived. 


One day before he came to my apartment, I installed the nets on every window so he won’t fall off. The installer guy suddenly  stopped his hands and asked me if I know anything about Fukushima plant. His family was living near Chernobyl. He says his father got cancer, brain tumor, cardiac disease from his 50s and died in early 60s. All of his neighbors died young. He asked me why there is no media coverage on Fukushima accident. I said because Japan is loved by everyone unlike Soviet Union. 


They have been saying nothing can be proven to be caused by Fukushima accident until 5 years pass. Now the 6th year has started. Every time they count thyroid cancer among Fukushima children, it increases. However none of the media reports most of those cancers had already been transferred to other parts of body to prove it was caused by radiation. 


By Fukushima Diary, maybe I didn’t succeed in raising awareness of Fukushima accident as I hoped. However, I found my value in helping Japanese move out of their country. I want to help everyone who choose to live. I was always helped by my readers and still am. so I must do so to other Japanese too. It is never too late go. 
I expect all other Fukushima activists to stand up again, and spotlight the media blackout. Let’s not leave them dying.

 

 

* Thank you for your devotion to all the lives.

 

 

 

[Column] We don't leave them dying

 

_____

Français :

[Edito] On ne les laissera pas mourir

 

Je pense que le combustible fondu a été dispersé partout. Personne ne sait exactement où il est. Néanmoins, une chose est établie avec certitude, qu’une partie en est à présent dans nos corps et dans ceux des animaux vivant au Japon.

Cela fait 5 ans mais leur slogan reste toujours “40 ans pour démanteler Fukushima”. La fin du démantèlement continue de s’éloigner comme un mirage. Qui plus est, M. Hayashi, le ministre de l’Économie a déclaré faire de son mieux pour mener le démantèlement de Fukushima à son terme d’ici 40 ans mais c’est sans promettre que ce soit terminé dans 40 ans.

La NRA (Nuclear Regulation Authority) propose de trouver un moyen pour ne pas retirer le combustible fondu. Le président de la NRA a même affirmé que le mur souterrain congelé ne l’intéressait pas. Les muons ont prouvé qu’au dessus du sol il ne reste rien des coriums.

On commence enfin à réaliser ce qui s’est réellement passé il y a 5 ans.

La 6e année sera celle où on devra regarder en face cette réalité qu’on continue d’essayer d’ignorer.
Immédiatement après l’explosion du réacteur 1, tous ceux qui voulaient trouver une bonne raison pour rester au Japon ont insisté en disant qu’il ne s’agissait pas d’un accident grave. Ils ont continué même après l’explosion du réacteur 3, les réacteurs 2 et 4 étant fichus. J’ai initié le Fukushima Diary pour prouver qu’ils se trompent et à présent les faits commencent à dire la vérité par eux-mêmes.

J’ai adopté un chat il y a quelques jours. Il a eu un accident de voiture extrêmement grave à la fin de la 4e année (estimée) de sa vie de chat errant, quand on l’a trouvé. Le véto pense qu’il a été heurté et tordu par un véhicule et qu’une roue lui est passée dessus mais il est toujours vivant. Il a des fibres d’acier de pneu dans l’os d’une patte et une de ses paupières est presque arrachée, puis il m’a rencontré (*). J’ai immédiatement décidé de l’adopter. Il dort à côté de mois à présent. Je ne peux pas m’empêcher de faire le lien entre lui et moi. Sur la moitié arrière de son corps, toute sa fourrure a été rasée et il y reste une cicatrice d’opération. Il ne peut toujours pas marcher tout seul, alors je doit l’amener aux toilettes toutes les quelques heures la nuit mais, pour moi, sa volonté de vivre est quasiment la seule chose qui brille en ce monde et chacune de ses respirations ressemble à un miracle. Il n’a pas l’air d’y avoir de raison pour qu’il meure. Il n’a pas dit ‘”Si je survis quand même, je ne retournerai pas vivre dans la rue. Je préfère mourir”. Il a calmement choisi de vivre et il a survécu.

La veille de son arrivée dans mon appartement, j’ai fait installer des filets à chaque fenêtre pour qu’il ne puisse pas tomber. Le type qui les installait s’est soudain arrêté de travailler pour me demander si je savais quelque chose sur la centrale de Fukushima. Sa famille vivait près de Tchernobyl. Il a dit que, quand son père a atteint la cinquantaine, il a eu un cancer, une tumeur cérébrale et une maladie cardiaque et il est mort au début de sa soixantaine. Tous ses voisins sont morts jeunes. Il m’a demandé pourquoi il n’y a pas de couverture médiatique sur l’accident de Fukushima. J’ai répondu que c’est parce que tout le monde aime le Japon, contrairement à l’Union Soviétique.

Ils ont répété qu’on ne pouvait rien prouver d’induit par l’accident de Fukushima jusqu’à ce que 5 années soient passées. A présent, la 6e année a commencé. Chaque fois qu’ils recensent les cancers de la thyroïde chez les enfants de Fukushima, ça augmente. Néanmoins, aucun média ne rapporte que la plupart de ces cancers ont déjà migré dans d’autres parties du corps, prouvant ainsi qu’ils sont provoqués par la radioactivité.

Avec le Fukushima Diary je n’ai peut-être pas réussi à attirer l’attention sur l’accident de Fukushima autant que je le voulais. J’ai cependant trouvé mon utilité en aidant les japonais à sortir de leur pays. Je voudrais aider tous ceux qui choisissent de vivre. J’ai toujours été aidé par mes lecteurs et je le suis toujours. Alors je dois aussi en faire autant pour les autres japonais. Il n’est jamais trop tard pour partir.
J’attends de tous les autres militants de Fukushima qu’ils se dressent à nouveau et qu’ils pointent du doigt la censure médiatique. Ne les laissons pas mourir.

* Merci de votre dévouement pour toutes les vies.

https://m.facebook.com/cityvetbucuresti/?tsid=0.2603889983147383&source=typeahead&__mref=message
https://m.facebook.com/Adopta-un-prieten-611946902277535/?__mref=message

[Column] We don't leave them dying

Categories: Breaking news, Column

About Author