[Column] Tomorrow, Fukushima Diary will be 1 year old as a corporation

Tomorrow, Fukushima Diary ”corporation” will have the 1 year anniversary.

 

It is hard to believe that it has been alive for one year.

Fukushima Diary “corporation” has started as the only news company that is specialized in Fukushima issue. It has been having the policy that never compromise, never give in, and never report disinformation, and it will also have from now on.

 

Probably none of the lawyers, officers and even the translators thought it would last one year when they helped me last year.

Most of the people thought it would be forgotten with Fukushima issue, it would be totally impossible to keep it alive. Some people even thought I would die on the street in Europe.

 

However somehow, for some reason, I managed to protect myself and Fukushima Diary. Most importantly, nothing has changed in its policy.

I’m very proud of what I have done with Fukushima Diary, and also feeling the responsibility to be the only Fukushima source written by a Japanese victim, in English.

 

It’s not just that Fukushima Diary is the unique existence, but also that it is one of the sites to post the most articles a day. However, I’m very aware of that I also need to jump out of the internet and act in the real world.

Researching the remote cities in Romania, guiding Japanese, and visiting Svalbard are those activities outside of the internet.

 

As I stated in the beginning of this year, I’m planning to attempt to obtain a German visa this March.

Considering my situation, probably spiriting a part of Fukushima Diary corporation and set up a company in Germany would be the best way to obtain a visa.

This is a “demonstration” to other Japanese people to show

“You can do it (because even I did it)”.

 

The primary purpose of Fukushima Diary corporation is to encourage other Japanese people like a lighthouse. Knowing other Japanese person fights far west (alone), established a corporation a unique way and die hard would give some impact. So, showing the demonstration by German visa doesn’t contradict its policy.

 

I’m sure that I’m the only one to have left Japan, founded the corporation and denounce Tepco, the governments, and corrupted mass media from outside of the country. Japanese is known to like to stay in a group but sometimes they have a maverick like me. lol However, I think those people sometimes played a certain role to prosper the country after WW2.

 

It’s been one year but I shouldn’t be staying in the same place. I will keep the readers posted about my Germany project.

 

 

Thank you for reading Fukushima Diary. Your support is the energy of my restless work.

_____

Français :

[Édito] Demain, la société Fukushima Diary aura un an

 

Demain, la “société” Fukushima Diary fêtera sa première année d’existence.

Il est difficile de croire qu’elle a déjà un an.
La “société” Fukushima Diary est née en étant la seule société d’information spécialisée sur le problème de Fukushima. Elle a suivi une politique de ne jamais faire de compromis, jamais céder et jamais faire de désinformation et c’est ce qu’elle continuera de faire.

Sans doute que lorsqu’ils m’ont aidé à la monter l’an dernier, aucun des avocats, fonctionnaires et même traductrices ont pensé qu’elle tiendrait un an. (Ndt)
La plupart des gens pensaient qu’on l’oublierait en oubliant le problème de Fukushima, qu’il serait totalement impossible de la garder vivante. Certains ont même pensé que j’allais crever de faim dans la rue en Europe.

Néanmoins d’une certaine façon et sans préméditation, j’ai réussi à me protéger et à protéger le Fukushima Diary.  Le plus important est que rien n’a varié dans sa ligne politique.
Je suis très fier de ce que je suis arrivé à faire avec le Fukushima Diary et aussi de la responsabilité d’être la seule source sur Fukushima écrite en anglais par une victime japonaise.

Il ne s’agit pas seulement du fait que le Fukushima Diary est unique en son genre mais aussi qu’il est un des sites publiant le plus d’articles par jour. Je suis néanmoins conscient de devoir sortir d’Internet pour agir dans le monde réel.
Explorer les agglomérations isolées de Roumanie, guider des japonais et visiter Svalbard sont de ces activités extérieures à Internet.

Comme je l’ai dit au début de cette année, je prévois d’obtenir un visa allemand en mars prochain.
Au vu de ma situation, la meilleure chose à faire pour l’obtenir sera sans doute de déplacer une partie de la société Fukushima Diary en Allemagne pour en monter une autre.
C’est une “démonstration” à montrer aux autres japonais :
“Vous pouvez le faire (puisque même moi j’ai pu le faire)”.

Le but premier de la société Fukushima Diary est d’encourager les autres japonais à la manière d’un phare. Savoir qu’un autre japonais se bat au loin à l’ouest (et seul), construit une société d’une façon unique et résiste aussi longtemps est une chose qui a un impact certain. Donc faire la démonstration par un visa allemand ne déroge pas à cette politique.

Je suis certain d’être le seul à avoir quitté le Japon, créé une société et, de l’extérieur du pays, dénoncé Tepco, les gouvernements et la presse corrompue. Les japonais sont connus pour aimer rester groupés mais parfois il y a des non-conformistes comme moi. lol Toutefois, je pense que ces gens ont parfois joué un rôle certain dans le retour à la prospérité du pays après la 2e guerre mondiale.

Ça fait un an mais je ne devrais pas rester au même endroit. Je tiendrais mes lecteurs au courant de mon projet allemand.

 

Merci de lire le Fukushima Diary. Votre soutien est l’énergie de mon travail opiniâtre.
Ndt : je n’ai jamais douté de la viabilité du FD et je n’en doute toujours pas mais il est vrai que je me contente de traduire en français, c’est tout : je n’ai pas participé à la création de la société.

Categories: Column