[Column] Sunset on the contaminated sea

Note : If you are from the international mass media, Don’t read this site before taking a contact with me.

 

A common misunderstanding about me is that I’m a whistleblower.

I don’t leak anything. I just analyze the published data.

 

I’ve been concerned about the Pacific contamination from the day zero.

Recently international mass media are starting to cover it too. (Another misunderstanding – I’m not saying they shouldn’t read this site. I’m say they should take a contact with me when they read it.)

 

The research about the Pacific contamination is having an unexpected “side effect”.

It’s that Tepco can’t restart another nuclear plant called Kashiwazaki-kariwa due to the problem.

 

Tepco is asking NRA (Nuclear Regulation Authority) for the permission to restart it. However, NRA is requesting Tepco to settle the contaminated water problem in Fukushima before.

 

Having the compensation and decommissioning cost, Tepco would go bankrupt soon if they fail in obtaining the permission to restart Kashiwazaki-kariwa.

 

Fukushima Diary has been focusing on this contaminated water problem for these 6 months. Probably some readers were bored of it.

Reporting about the Pacific contamination doesn’t stop the contaminated water itself.

However, it’s helping us accomplish the two things at once.

It’s to send Tepco to the grave, and also to stop restarting other nuclear plants.

 

As I’ve been saying, Fukushima is the marine version of Chernobyl.

The only “scientific” basis to deny the impact is “but but sea is big maybe”.

I think if Japan falls to the pieces, it will be from the compensation for the Pacific contamination.

 

 

I reject the international mass media to read this site without taking a contact with me.I know some of the mass media corporations read Fukushima Diary to understand the trend so they know when to report about Fukushima as if they were independently following it for a long time.
In short, they make you individual readers pay for this site while they pay nothing, and when they publish the “authorized news”, you pay for the “secondhand news”, which is nothing new for us.
This site is free for the individual readers, but not for corporations.In the world, this site is nearly the only source about Fukushima. I came here alone without any supporting organizations, background or anything. I’m not pleased to be exploited by the corporations that didn’t even properly report about Fukushima when 311 took place. I demand them to take a contact with me BEFORE reading this site whatever the purpose is.

_____

Français :

[Édito] Coucher de soleil sur une mer radioactive
Note : Si vous êtes de la grande presse internationale, ne lisez pas ce site sans avoir préalablement pris contact avec moi.

 

Une erreur courante sur moi est de dire que je suis un lanceur d’alerte.
Je ne révèle rien. Je ne fait qu’analyser des données publiées.

Je suis inquiet de la contamination du Pacifique depuis le premier jour.
La presse internationale a commencé à en parler il y a peu. (Une autre erreur : Je ne dis pas qu’ils ne doivent pas lire ce site. Je dis qu’ils devraient me contacter quand ils le font.)

Les recherches sur la contamination du Pacifique ont un “effet de bord” inattendu.
C’est que Tepco ne peut pas redémarrer une autre centrale nucléaire nommée Kashiwazaki-kariwa à cause de ce problème.

Tepco demande à la NRA (Nuclear Regulation Authority) la permission de la redémarrer. Or, la NRA demande à Tepco de d’abord régler le problème des eaux extrêmement radioactives dans Fukushima.

A cause des coûts de démantèlement et des indemnisations, Tepco fonce au dépôt de bilan s’ils n’obtiennent pas la permission de relancer Kashiwazaki-kariwa.

Le Fukushima Diary s’est concentré sur ce problème des eaux extrêmement radioactives depuis ces 6 deniers mois. Ça a sans doute ennuyé certains lecteurs.
Informer sur la contamination du Pacifique n’arrête pas les eaux extrêmement radioactives elles-mêmes.
Cependant, ça nous aide de faire les deux en même temps.
C’est pousser Tepco vers la tombe et aussi empêcher le redémarrage des autres centrales.

Comme je l’ai déjà dit, Fukushima est une version maritime de Tchernobyl.
La seule base “scientifique” pour en nier les impacts est  “mais la mer est certainement assez grande”.
Je pense que si le Japon part en morceaux, ça viendra par les indemnisations de la contamination du Pacifique.

 

J’interdis à la grande presse internationale de lire et d’utiliser ce site sans préalablement prendre contact avec moi. Je sais que certaines grandes sociétés de presse lisent le Fukushima Diary pour comprendre la tendance et trouver quand rendre compte de la situation de Fukushima comme s’ils la suivaient indépendamment depuis longtemps.
En résumé, ils vous font payer à vous, simples lecteurs, ce qu’ils prennent gratuitement dans ce site et lorsqu’ils publient des “nouvelles de première main” vous payez pour des “nouvelles resucées”, qui n’ont rien de nouveau pour nous.
Ce site est gratuit pour les lecteurs individuels, pas pour les sociétés. Ce site est pratiquement la seule source au monde sur Fukushima. Je viens ici seul sans aucun soutien d’organisation quelconque, ni références, ni rien. Je n’apprécie pas de me faire exploiter par ces sociétés qui n’ont même pas été foutues de relater correctement ce qui se passait à Fukushima quand a eu lieu le mois de mars 2011. Je leur demande de prendre contact avec moi AVANT de lire ce site dans quelque but que ce soit.

About Author