[Column] Spring calls

The airplane got the engine turned on.

I was looking around in the plane, where I boarded almost the first time in my life.
My mobile phone rang in my pocket.
Stewardess told me to turn it off.

It was from my mother.
When the plane started moving, it rang again. I had to turn it off.

I looked out the window. It was dusk. The metal wing was colored orange.

I took out the pieces of newspaper that my mother gave to me before I got on the train.
It was a serial story about a prosopopoeia wild bird trying to get out of the smugglers.

Jung said every synchronicity is an inevitable.
I still don’t know what it is.

11 months passed.
After flying countless times, I was in LA.
A friend of mine took me to a Japanese restaurant. When I took off my jacket, I noticed something was in the pocket.
It was a small charm of cat. I didn’t put it myself.
In the inside of the charm, I found a small piece of paper. It was a letter from my mother.
I didn’t notice it until them. It said, she always prays for me.

I took it back to my pocket.

When about a year passed since I left Japan, I emailed my mother after a while.
I said my blog is mentioned on the complaint of US sailors against Tepco.
but she said, Tepco’s compensation would be paid from our tax, moderately speaking, my activity is not for most of Japanese people.

Today, in front of my apartment, I found a little flower.
Surviving the freezing winter, it was trying to have a yellow flower.

One day, she will also know what I’m doing.

 

 

_____

Français :

[Édito] L’appel du printemps

 

L’avion a allumé ses moteurs.

Je regardais autour de l’avion dans lequel j’avais embarqué pour la première fois de ma vie.
Mon téléphone mobile a sonné dans ma poche.
L’hôtesse m’a demandé de le couper.

C’était ma mère.
Lorsque l’avion a commencé à bouger, il a sonné à nouveau. J’ai du l’éteindre.

J’ai regardé par la fenêtre, c’était le crépuscule. Les ailes de métal étaient colorées en orange.

J’ai sorti les morceaux de journal que ma mère m’avait donnés avant que je monte dans le train.
C’était un feuilleton sur un oiseau sauvage prosopopoeia essayant d’échapper aux braconniers.

Jung a dit que toute synchronicité est inévitable.
Je ne sais toujours pas ce que c’est.

11 mois sont passés.
Après d’innombrables vols, j’étais à LAX.
Une de mes amies m’a amené à un restaurant japonais. Quand j’ai enlevé ma veste, j’ai remarqué qu’il y avait quelque chose dans la poche.
C’était un petit porte-bonheur en chat. Je ne l’y avait pas mis moi-même.
Dans le porte-bonheur, j’ai trouvé un petit bout de papier. C’était une lettre de ma mère.
Je ne l’avais pas remarqué jusque-là. Ça disait qu’elle priait toujours pour moi.

Je l’ai remis dans ma poche.

Au bout d’environ un an après mon départ du Japon, j’ai envoyé un mail à ma mère, au bout d’un moment.
Je disais que mon blog est cité dans la plainte des marins US contre Tepco.
mais elle a répondu que les indemnisations de Tepco seraient payées avec nos impôts. Pour rester correct, disons que mon activité n’est pas pour du goût de la plupart des japonais.

Aujourd’hui, en face de mon appartement, j’ai trouvé une petite fleur.
Survivre à l’hiver gelé, c’était pour essayer de faire une fleur jaune.

Un jour, elle saura aussi ce que je fais.

Categories: Column