[Analysis] There is no way of stopping ground water flowing into the plant

Now Reuters is the only foreign media to attend Tepco’s press conference. I appreciate them, am not meant to criticize at all.

The biggest issue in Fukushima is the potential discharge of contaminated water to the sea. Everyday, 400 tones of underground water flows into the plant.

On 3/8/2013, Reuters reported it may take up to 4 years to stop the groundwater flowing into the plant like other Japanese media. (http://jp.reuters.com/article/topNews/idJPTYE92705V20130308)

I was shocked to think there might be a huge misunderstanding spreading. It’s actually that ground water can’t be stopped.

I would like to explain the structural problem with Japanese nuclear plant.

 

1. Why is there so much ground water ?

Originally, nuclear plant is built directly on the bedrock for “potential” earthquake. However, because all the nuclear plants are built near the coastal line, the ground is full of water. The water therefore comes up and flow beside the basement floor of the reactor buildings. The basement floor is surrounded by the underground water stream.

The underground water has buoyancy against the building. To reduce the buoyancy, they set several pits around the building to pump up the ground water. The pits are called sub-drain. Thus only ground water comes to sub-drain. If they detect radioactive material from the water of sub-drain, it means something’s leaking. However, they keep measuring cesium from the water of sub-drain after 311 for some reason.

 

2. They let the ground water flow into the buildings on purpose.

The basement floor of nuclear plant is always dipped in ground water and control the volume by pumping up from sub-drain. However, the sub-drain and all the other places are entirely contaminated after 311, so Tepco doesn’t pump it up. Instead, they keep the water level higher outside than inside of the buildings.

Inside of the buildings are also full of water. It’s the coolant water injected into the reactors. The reactors and other coolant parts are crippled because of the explosions, it can’t keep water inside and it overflows to the lower floors of the building.

By keeping the water level of the inside lower than outside, Tepco is trying to stop the inside water from overflowing to the outside.

As a result, if they stop the ground water flows into the plant, inside -more contaminated- water flows out of the plant backward.

 

3. Bypass is not the solution.

The article of Reuters surprised me because it read “The bypass is to stop the ground water from flowing into the plant.”

First of all, it can’t be stopped for the reason above. Second, the bypass is not to stop anything, it’s only to reduce the water volume.

The bypass..

Tepco is making 12 wells in the upstream of the “ground water stream”. They are to pump up some water upstream so they can reduce the volume of water downstream. However as I said above, it can’t be zero, and the even spokesman comments they can’t really expect it so much.

The bigger problem is where Tepco discharges the pumped up water. At this moment, they are planning to discharge it directly to the sea. Not to mention, it is discharged without purification. Tepco comments they will conduct radiation measurement for the water but everyone in the world would believe what they promise.

(cf, Tepco to discharge underground water via bypass to the sea this April [URL 1])

 

4. What should have been done ?

There is no solution for this increasing ground water. Tepco states they will purify the water before discharge, but the purification system cannot remove radioactive water, tritium. Around nuclear laboratories in US, significant increase of cancer was reported because of this tritium. On the assumption that the retained water does never increase by 1cc from now, it is estimated to take 56 years to discharge all the tritium to the sea. Obviously it is unrealistic. It means they will lift the current safety regulation of tritium and discharge way more than regulated before.

(cf, Tepco takes over 56 years to discharge all tritium to the sea on the most optimistic assumption [URL 2])

Also, the new purification system to remove 62 sorts of nuclides also removes normal calcium and other material. The purifying ability is assumed to decrease soon after it’s in operation.

At some point, Tepco could have done something. It was suggested by assistant professor. Koide from Kyoto university.

From the early stage of the accident, he anticipated this situation exactly and he suggested to prepare several tankers and carry the full of contaminated water to Kashiwazakikariwa nuclear plant on the west coast of Japan to process it.

However, none of the executive managers of Tepco nor Chairman paid 1 yen to prepare a tanker.

 

 

_____

Français :

[Analyse] Il n’y a aucun moyen d’empêcher l’eau du sous-sol d’inonder la centrale

 

A présent, Reuters est le seul média étranger à assister aux conferences de presse de Tepco. Je les appreci, ce qui ne signifie pas de ne pas les critiquer.

Le plus gros problème de Fukushima est le possible déversement des eaux contaminées dans la mer. Chasue jour, 400 tonnes d’eaux d’infiltration inondent la centrale.

Le 8 mars 2013, Reuters rapportait, tout comme les médias japonais, qu’il faudrait jusqu’à 4 ans pour arrêter ces infiltrations dans la centrale. (http://jp.reuters.com/article/topNews/idJPTYE92705V20130308)

J’ai été choqué de penser qu’il pourrait s’agir de la diffusion d’une énorme méprise. Il est réellement impossible d’empêcher les infiltrations.

Je voudrais expliquer quel est le problème structurel de la centrale nucléaire japonaise.

 

1. Pourquoi y a-t-il autant d’infiltrations ?

Au départ, la centrale nucléaire est construite directement sur la roche en cas de séisme “potentiel”. Cependant, parce que toutes les centrales nucléaires sont construites près du rivage, ce soubassement rocheux est plein d’eau. Donc, l’eau en sort et inonde le rez-de-chaussée des bâtiments des réacteurs. Ces rez-de-chaussée sont entourés d’eaux souterraines.

L’eau souterraine exerce une pression contre les bâtiments. Pour réduire cette pression, ils forent plusieurs puits autour des bâtiments pour en pomper l’eau. ces puits sont appelés sous-drainages. Donc, dans ces sous-drainages ne vient que l’eau d’infiltration. S’ils détectent de la radioactivité dans l’eau des sous-drainages, ça signifie qu’il y a une fuite quelque part. Or, ils continuent de détecter du césium dans l’eau des sous-drainages depuis le 11-3.

 

2. Ils laissent exprès l’eau suinter dans les bâtiments.

Les fondations des bâtiments des centrales nucléaires sont toujours trempés d’eau du sous-sol et ils en controlent le volume en pompant les sous-drainages. Or, depuis le 11-3, le sous-drainage et tous les autres endroits sont contaminés, donc Tepco ne le pompe plus. A la place, ils maintiennent le niveau d’eau extérieur supérieur à celui de dedans.

L’intérieur des bâtiments est aussi plein d’eau. C’est l’eau injectée pour le refroidissement des réacteurs. Les réacteurs et les autres parties du système de refroidissement ont été dévastés par les explosions, on ne peut garder l’eau dedans et ça déborde dans les bas étages des bâtiments.

En maintenant le niveau d’eau interne plus bas que l’externe, Tepco tente d’empêcher l’eau intérieure de s’écouler dehors.

Par conséquent, s’ils empêchent les infiltrations dans la centrale, les eaux intérieures – plus contaminées – vont s’écouler en arrière dehors.

 

3. Une dérivation n’est pas la solution.

L’article de Reuters m’a surpris parce qu’on y lit “La dérivation est pour empêcher les eaux d’infiltration de pénétrer dans la centrale.”

En premier lieu, on ne peut pas les arrêter pour les raisons précédentes. Ensuite, la dérivation ce n’est pas pour les empêcher d’entrer, c’est seulement pour en réduire le volume.

La dérivation..

Tepco est en train de creuser 12 puits sur l’amont de “la rivière souterraine”. Ils vont pomper un peu d’eau au-dessus pour diminuer le volume d’eau en aval. Toutefois, comme je l’ai dit ci-dessus, ce ne peut être à zéro et même leur porte-parole dit qu’ils ne peuvent pas réellement en attendre autant.

Le plus gros problème est où Tepco déverse cette eau pompée. Pour l’instant, ils prévoient de le faire directement dans la mer. Inutile de dire que c’est sans aucune épuration. Tepco déclare qu’ils vont faire des contrôles de sa radioactivité et le monde entier va croire ce qu’ils promettent.

(cf. En avril prochain, Tepco va déverser directement dans l’océan les eaux souterraines, via une dérivation )

 

4. Qu’aurait-il fallu faire ?

Il n’y a aucune solution pour cette quantité d’eaux d’infiltration en augmentation. Tepco affirme qu’ils vont la purifier avant de la déverser mais le système de purification ne peut pas filtrer l’eau lourde, le tritium. Autour des laboratoires nucléaires des USA, une augmentation significative des cas de cancer a été rapportée en raison de ce tritium. Dans l’hypothèse que les eaux stockées n’augmentent jamais d’un cm³ à partir de maintenant, on a estimé qu’il faudra 56 ans pour déverser tout le tritium en mer. C’est évidemment irréaliste. Ça signifie qu’ils vont relever les seuils actuels de sécurité pour le tritium et en déverser bien plus que ce que les seuils précédents le permettaient.

(cf. Dans l’hypothèse la plus optimiste, Tepco va mettre plus de 56 ans pour déverser tout le tritium en mer)

De plus, le nouveau système de purification qui filtre 62 sorte de nucléides filtre également le calcium normal et d’autres éléments. Le pouvoir filtrant de ce système est présumé diminuer rapidement après sa mise en route.

A un moment donné, Tepco aurait pu faire quelque chose. C’était une suggestion du professeur assistant Koide de l’université de Kyoto.

Au tout début de l’accident, il avait exactement anticipé cette situation et il avait proposé de préparer plusieurs bateaux-citernes et de transporter la totalité des eaux contaminées à la centrale nucléaire de Kashiwazakikariwa sur la côte ouest du Japon pour la traiter.

Évidemment, aucun des cadres dirigeants de Tepco ni son président n’ont déboursé 1 yen pour préparer un tanker.

About Author