[Column] Stone

After all, I finally got my room. It’s not a rental apartment, it’s for a renewable contract.
Theoretically, I can stay here as long as I want. It has just one room but I have my own shower and toilet, 10 mins to the center of city for less than 1/3 rent of where I used to live in Japan. I think it’s a good deal.
I’ll stay here for a while.
There are still thousands of the children and adults left in their mother land with potential cancer. I’m famous for not having fun from my trip. but I think it’d be psychopath if I can enjoy whatsoever by ignoring all the people left behind.

What’s more, some people are even going there. What should I / we do to them ?
This is entirely because of the media black out.
Even when they cover it, it’s becoming the ritual to say, it’s the low level of contamination, the yearly dose is even lower than Brazil or NY or etc..
As you readers already know, this is full of manipulation.

I always explain what matters to go there, such as cyanobacteria, food contamination, air contamination, potential blast etc..
They always say, ok, understood, I’ll take extra care about those things.

but I know they get full of seafood, untested rice and green tea soon as they land.
It’s all up to their free will, we can’t do anything.
Stone shows you the way to go, but it doesn’t move even if you dare to ignore it.
I wish I could be as still as a stone.

 

 

_____

Français :

[Édito] Caillou

Au final, j’ai enfin ma pièce. Ce n’est pas une location, c’est en contrat renouvelable.
Théoriquement, je peux y rester aussi longtemps que je veux. Il n’y a qu’une seule pièce mais j’ai mes propres sanitaires et douche, à 10 mins du centre-ville pour moins que le tiers de ce que je payais au Japon. Je pense que c’est une bonne affaire.
Je vais rester ici un moment.
Il y a toujours des milliers d’enfants et d’adultes abandonnés dans leur pays d’origine sous une menace de cancer. Je suis célèbre pour ne pas faire un voyage d’agrément mais je pense que ce serait malsain si je me mettais à jouir du voyage en ignorant tous ceux laissés derrière.

Qui plus est, certains vont même venir ici. Qu’est-ce que je/nous devrions faire pour eux ?
C’est entièrement de la faute du black-out de la presse.
Même quand ils en parlent, c’est devenu rituel d’en dire que c’est un faible niveau de contamination, que la dose annuelle est même inférieure à celle du Brésil ou de New-York, etc..
Comme vous, lecteur, savez, c’est bourré de manipulations.

J’explique tout le temps ce qui compte à y aller, les cyanobactéries, la contamination de la nourriture, de l’air, les explosions potentielles, etc..
Ils répondent toujours, ok, compris, je ferai particulièrement attention à ces choses-là.

mais je sais qu’ils se bourrent de poissons, de riz non contrôlé et de thé vert dès qu’ils sont arrivés.
Ils en sont les seuls juges, on n’y peut rien.
Les cailloux montrent le chemin à suivre mais ils ne bougent pas même si vous osez les ignorer.
Je souhaite être aussi constant qu’un caillou.

Categories: Column, Cover-ups